Selon le tirage au sort effectué lundi soir, Sabalenka, numéro 2 mondiale, sera opposée à la Grecque Maria Sakkari (N.4/WTA 6), à la Polonaise Iga Swiatek (N.5/WTA 9) et à l'Espagnole Paula Badosa (N.7/WTA 10), dans le groupe Chichen Itza, ainsi baptisé du nom de la célèbre ancienne cité maya sise dans la province du Yucatan. La Bélarusse qui mène largement dans ses face-à-face avec Sakkari (4-1), devra se méfier de Swiatek, lauréate à Roland-Garros en 2020, et de Badosa qui a créé la surprise en s'imposant à Indian Wells, le mois dernier. Le groupe Teotihuacan, du nom de la plus grande ville de l'Amérique précolombienne, dans la vallée de Mexico, mettra aux prises Krejcikova (N.2/WTA 3) à une autre Tchèque, Karolina Pliskova (N.3/WTA 4), à l'Espagnole Garbiñe Muguruza (N.6/WTA 5) et à l'Estonienne Anett Kontaveit (N.8/WTA 8). Krejcikova, seule joueuse lauréate d'un Majeur en 2021, à Roland-Garros, devra assumer son statut de prétendante hérité de cet exploit, notamment face à Pliskova. Car si sa compatriote n'a gagné aucun tournoi cette année (comme Sakkari dans l'autre groupe), elle a atteint la demi-finale lors des trois dernières éditions et possède un bilan largement favorable de 13 victoires pour 2 défaites contre ses trois adversaires à venir. Ce rendez-vous se dispute sans l'Américaine Serena Williams ou la Japonaise Naomi Osaka, alors que la numéro 1 mondiale et tenante du titre l'Australienne Ashleigh Barty qui a ressenti le besoin de souffler après une saison qu'elle aura dominée (titrée à Melbourne, Miami, Stuttgart, Wimbledon, Cincinnati), mais aussi passée loin de son pays durant sept mois. Cette fatigue s'était manifestée à l'US Open, où la jeune Britannique de 18 ans Emma Raducanu s'était imposée en finale contre la Canadienne Leylah Fernandez, 19 ans. Ce vent de fraicheur ne soufflera pas à Guadalajara car, parties de trop loin au classement, ni l'une ni l'autre n'a pu se qualifier. (Belga)

Selon le tirage au sort effectué lundi soir, Sabalenka, numéro 2 mondiale, sera opposée à la Grecque Maria Sakkari (N.4/WTA 6), à la Polonaise Iga Swiatek (N.5/WTA 9) et à l'Espagnole Paula Badosa (N.7/WTA 10), dans le groupe Chichen Itza, ainsi baptisé du nom de la célèbre ancienne cité maya sise dans la province du Yucatan. La Bélarusse qui mène largement dans ses face-à-face avec Sakkari (4-1), devra se méfier de Swiatek, lauréate à Roland-Garros en 2020, et de Badosa qui a créé la surprise en s'imposant à Indian Wells, le mois dernier. Le groupe Teotihuacan, du nom de la plus grande ville de l'Amérique précolombienne, dans la vallée de Mexico, mettra aux prises Krejcikova (N.2/WTA 3) à une autre Tchèque, Karolina Pliskova (N.3/WTA 4), à l'Espagnole Garbiñe Muguruza (N.6/WTA 5) et à l'Estonienne Anett Kontaveit (N.8/WTA 8). Krejcikova, seule joueuse lauréate d'un Majeur en 2021, à Roland-Garros, devra assumer son statut de prétendante hérité de cet exploit, notamment face à Pliskova. Car si sa compatriote n'a gagné aucun tournoi cette année (comme Sakkari dans l'autre groupe), elle a atteint la demi-finale lors des trois dernières éditions et possède un bilan largement favorable de 13 victoires pour 2 défaites contre ses trois adversaires à venir. Ce rendez-vous se dispute sans l'Américaine Serena Williams ou la Japonaise Naomi Osaka, alors que la numéro 1 mondiale et tenante du titre l'Australienne Ashleigh Barty qui a ressenti le besoin de souffler après une saison qu'elle aura dominée (titrée à Melbourne, Miami, Stuttgart, Wimbledon, Cincinnati), mais aussi passée loin de son pays durant sept mois. Cette fatigue s'était manifestée à l'US Open, où la jeune Britannique de 18 ans Emma Raducanu s'était imposée en finale contre la Canadienne Leylah Fernandez, 19 ans. Ce vent de fraicheur ne soufflera pas à Guadalajara car, parties de trop loin au classement, ni l'une ni l'autre n'a pu se qualifier. (Belga)