"Je suis heureux d'avoir signé à Charleroi. J'étais dans une situation difficile et je devais réfléchir à ma carrière. Une proposition de Charleroi est arrivée, s'en sont suivies des discussions et, aujourd'hui, je suis heureux de rejoindre l'équipe", déclare le Japonais sur le site internet de son nouveau club.

"Je voulais rester en Europe", précise Morioka. "Retourner en Asie n'était pas dans ma volonté. J'espère avoir fait le bon choix et que venir à Charleroi me permettra de retrouver du temps de jeu et mon niveau. Je ne sais pas si Charleroi se rapproche de Beveren, au niveau ambiance, mais je verrai..."

Arrivé en Belgique en juillet 2017 depuis le Slask Varsovie, Morioka s'est révélé sous le maillot de Waasland-Beveren avec qui il a disputé 27 rencontres. Ses 9 buts et 11 assists sous le maillot waaslandien lui ont valu un transfert à Anderlecht en janvier dernier mais le rendement de l'international japonais (5 sélections) a été nettement moins bon ensuite.

"Physiquement, je ne pense pas être en retard. Ce qu'il me faut, c'est retrouver la confiance sur le terrain. Lorsque j'étais à Anderlecht, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de m'exprimer et je pense que j'ai besoin de cela. J'ai besoin de prendre du bon temps et faire fi de pressions inutiles", dit le Japonais. "Je ne dirais pas que ma situation à Anderlecht était inconfortable, je pense plutôt que je n'étais pas le style de joueur qui leur convenait. Le problème se situait plutôt là. Il est important pour moi d'avoir la confiance de l'entraîneur".