"Je suis très impatient et excité à l'idée de courir vendredi", a dit d'emblée le sympathique sprinteur natif du Kentucky lors d'une conférence de presse mercredi au Crowne Plaza de Bruxelles. Mercredi dernier en Pologne, l'Américain s'est imposé à Chorzow grâce à un temps de 9.87. Pas du tout fatigué, il espère encore "pouvoir être capable de courir aussi vite". Ronnie Baker devra toutefois composer avec une forte concurrence au stade Roi Baudouin. Le Jamaïcain Yohan Blake, 2e meilleur chrono de tous les temps (9.69 en 2012), ainsi que les Américains Michael Rodgers, 3e temps de l'année (9.89), et Christian Coleman, détenteur du record du monde du 60 mètres en salle depuis février (6.34), seront aussi présent. "Ce ne sera pas facile du tout. Ils sont tous très rapides et compétitifs. Je pense que ce sera une belle bataille. Je vais me concentrer sur mon travail et faire ma course", a expliqué Baker, troisième des Mondiaux indoor sur 60 mètres en mars. Âgé de 24 ans, il a tenté d'expliquer les raisons de sa très belle saison 2018, lui qui n'a été battu qu'à deux reprises. "Je suis davantage concentré sur certains petits détails. Je travaille beaucoup à l'aide de vidéos afin de corriger l'aspect technique de mes courses", a expliqué Baker, lui qui pense "être capable d'aller encore plus vite dans le futur". Outre la technique, Baker a également modifié l'approche psychologique de ses courses. "Je veux être le meilleur Ronnie Baker possible. J'ai tenté d'abandonner un peu mon ego et ma fierté pour ainsi me concentrer sur mes propres capacités. Cela a rendu le choses plus faciles car je veux sortir le meilleur de moi-même et non plus battre les autres." Comme souvent, le sprinteur n'a pas échappé aux questions relatives à la succession d'Usain Bolt, légende du sprint retraitée depuis les Mondiaux 2017. "Usain a placé la barre très très haut mais c'est plutôt encourageant. Les records sont là pour être battus, je ne pense pas que ce soit hors de portée et je veux essayer d'y parvenir." Le départ du 100 mètres, moment toujours très attendu au Van Damme, est prévu à 20h54 précises vendredi. (Belga)

"Je suis très impatient et excité à l'idée de courir vendredi", a dit d'emblée le sympathique sprinteur natif du Kentucky lors d'une conférence de presse mercredi au Crowne Plaza de Bruxelles. Mercredi dernier en Pologne, l'Américain s'est imposé à Chorzow grâce à un temps de 9.87. Pas du tout fatigué, il espère encore "pouvoir être capable de courir aussi vite". Ronnie Baker devra toutefois composer avec une forte concurrence au stade Roi Baudouin. Le Jamaïcain Yohan Blake, 2e meilleur chrono de tous les temps (9.69 en 2012), ainsi que les Américains Michael Rodgers, 3e temps de l'année (9.89), et Christian Coleman, détenteur du record du monde du 60 mètres en salle depuis février (6.34), seront aussi présent. "Ce ne sera pas facile du tout. Ils sont tous très rapides et compétitifs. Je pense que ce sera une belle bataille. Je vais me concentrer sur mon travail et faire ma course", a expliqué Baker, troisième des Mondiaux indoor sur 60 mètres en mars. Âgé de 24 ans, il a tenté d'expliquer les raisons de sa très belle saison 2018, lui qui n'a été battu qu'à deux reprises. "Je suis davantage concentré sur certains petits détails. Je travaille beaucoup à l'aide de vidéos afin de corriger l'aspect technique de mes courses", a expliqué Baker, lui qui pense "être capable d'aller encore plus vite dans le futur". Outre la technique, Baker a également modifié l'approche psychologique de ses courses. "Je veux être le meilleur Ronnie Baker possible. J'ai tenté d'abandonner un peu mon ego et ma fierté pour ainsi me concentrer sur mes propres capacités. Cela a rendu le choses plus faciles car je veux sortir le meilleur de moi-même et non plus battre les autres." Comme souvent, le sprinteur n'a pas échappé aux questions relatives à la succession d'Usain Bolt, légende du sprint retraitée depuis les Mondiaux 2017. "Usain a placé la barre très très haut mais c'est plutôt encourageant. Les records sont là pour être battus, je ne pense pas que ce soit hors de portée et je veux essayer d'y parvenir." Le départ du 100 mètres, moment toujours très attendu au Van Damme, est prévu à 20h54 précises vendredi. (Belga)