"Ces deux dernières années, j'avais déjà obtenu de bons résultats dans les courses les plus dures, mais la victoire n'arrivait pas. En Wallonie, j'avais vraiment confiance en moi et quand deux jours avant le Tour de Pologne tu entends que tu seras le leader de l'équipe avec Samuel Sanchez, tu sais que l'on croit en toi. Cette confiance en soi ne peut que grandir. Et appeler d'autres succès", a raconté Teuns. "Lors de l'étape finale, je devais surtout rester calme. Sur l'ascension, j'étais à ma limite, mais heureusement j'avais le soutien de Tejay Van Garderen. Il a été un équipier parfait. Toute l'équipe a été fantastique", a ajouté Teuns. "Je suis encore jeunes et quand des coureurs avec un tel palmarès croient en toi, c'est un honneur. Rafal Majka a attaqué trois fois, mais j'ai su m'accrocher. Dans le sprint final, je souffrais mais je savais pourquoi je le faisais et j'ai donné tout ce que j'avais dans les jambes." . (Belga)

"Ces deux dernières années, j'avais déjà obtenu de bons résultats dans les courses les plus dures, mais la victoire n'arrivait pas. En Wallonie, j'avais vraiment confiance en moi et quand deux jours avant le Tour de Pologne tu entends que tu seras le leader de l'équipe avec Samuel Sanchez, tu sais que l'on croit en toi. Cette confiance en soi ne peut que grandir. Et appeler d'autres succès", a raconté Teuns. "Lors de l'étape finale, je devais surtout rester calme. Sur l'ascension, j'étais à ma limite, mais heureusement j'avais le soutien de Tejay Van Garderen. Il a été un équipier parfait. Toute l'équipe a été fantastique", a ajouté Teuns. "Je suis encore jeunes et quand des coureurs avec un tel palmarès croient en toi, c'est un honneur. Rafal Majka a attaqué trois fois, mais j'ai su m'accrocher. Dans le sprint final, je souffrais mais je savais pourquoi je le faisais et j'ai donné tout ce que j'avais dans les jambes." . (Belga)