Quel type de joueur est Romeo ?

SVEN VERMANT :"C'est un joueur assez complet. Romeo est rapide et sait faire circuler la balle. Il a une excellente technique, de l'endurance, il peut jouer dans plusieurs systèmes et il marque facilement, ce qui est très important pour un attaquant. Bien sûr, il doit encore travailler sur certains points à travailler. Il doit encore passer du football pour jeunes au football pour adultes, avec toutes les subtilités que cela implique."

Que connaissez-vous de la carrière de votre père ?

ROMEO VERMANT : "Je suis trop jeune pour l'avoir vu jouer. J'avais quatre ans quand il a arrêté - mais de temps en temps, un film sur YouTube passe. Les magnifiques tirs à distance semblaient son truc. (rires)"

Ce n'est pas toujours un cadeau d'avoir un père connu, surtout si vous voulez réussir dans le même domaine que lui.

R.V. : "Tout le monde pense que cela entraîne une pression et que les gens vous comparent constamment. Mais ce n'est pas ainsi que je le vis. Je ne suis pas mon père, je suis Roméo. Nos carrières sont séparées. Reste à savoir si cela fonctionnera, mais j'ai l'ambition de réaliser une carrière encore plus belle que la sienne."

Sven Vermant a été Diable rouge à 18 reprises., iStock
Sven Vermant a été Diable rouge à 18 reprises. © iStock

Y a-t-il des similitudes entre vous ?

S.V. : "Evidemment, il y a des points communs. Le football est aussi complètement différent en 2022. Fin, c'est même la société dans son ensemble qui est différente. Il suffit de prendre l'éducation. Non pas que j'ai eu une famille spécialement dure ou stricte, mais mes parents étaient certainement beaucoup plus critiques. Après le match, il n'était question que des choses que j'avais mal faites. Je n'ai pas souvent entendu dire que c'était bon. Cela m'a aidé à supporter la critique, alors ne pensez pas que je déteigne sur cette approche maintenant, mais aujourd'hui les choses sont plus équilibrées et ouvertes. Roméo n'est pas une copie de moi. Il a été formé au Club de Bruges alors que j'ai joué jusqu'à seize ans en troisième provinciale. Roméo a grandi dans un environnement social différent de moi."

Le lien avec le FC Bruges va au-delà de votre père. Romeo est peut-être la quatrième génération de la famille qui accèdera à l'équipe première Blauw en Zwart.

R.V. :"Mon arrière-grand-père et mon grand-père ont en effet joué au Club (Marcel et Eric Van Vyve, ndlr.). Ma grand-mère dirigeait l'une des cafétérias du stade. Les supporters plus âgés la connaissent tous."

S.V. :"Un quatuor dans un club est probablement unique. Au Milan AC, vous avez maintenant Daniel Maldini, fils de Paolo Maldini et petit-fils de Cesare. Ce sont les seuls qui s'en approchent je pense."

R.V. : "Les couleurs bleues et noires sont dans nos coeurs, mais je suis assez lucide pour comprendre qu'il n'y a pas de place pour le sentimentalisme dans le football moderne. Si ça ne marche pas au Club, je percerai ailleurs."

SVEN VERMANT :"C'est un joueur assez complet. Romeo est rapide et sait faire circuler la balle. Il a une excellente technique, de l'endurance, il peut jouer dans plusieurs systèmes et il marque facilement, ce qui est très important pour un attaquant. Bien sûr, il doit encore travailler sur certains points à travailler. Il doit encore passer du football pour jeunes au football pour adultes, avec toutes les subtilités que cela implique."ROMEO VERMANT : "Je suis trop jeune pour l'avoir vu jouer. J'avais quatre ans quand il a arrêté - mais de temps en temps, un film sur YouTube passe. Les magnifiques tirs à distance semblaient son truc. (rires)"R.V. : "Tout le monde pense que cela entraîne une pression et que les gens vous comparent constamment. Mais ce n'est pas ainsi que je le vis. Je ne suis pas mon père, je suis Roméo. Nos carrières sont séparées. Reste à savoir si cela fonctionnera, mais j'ai l'ambition de réaliser une carrière encore plus belle que la sienne."S.V. : "Evidemment, il y a des points communs. Le football est aussi complètement différent en 2022. Fin, c'est même la société dans son ensemble qui est différente. Il suffit de prendre l'éducation. Non pas que j'ai eu une famille spécialement dure ou stricte, mais mes parents étaient certainement beaucoup plus critiques. Après le match, il n'était question que des choses que j'avais mal faites. Je n'ai pas souvent entendu dire que c'était bon. Cela m'a aidé à supporter la critique, alors ne pensez pas que je déteigne sur cette approche maintenant, mais aujourd'hui les choses sont plus équilibrées et ouvertes. Roméo n'est pas une copie de moi. Il a été formé au Club de Bruges alors que j'ai joué jusqu'à seize ans en troisième provinciale. Roméo a grandi dans un environnement social différent de moi."R.V. :"Mon arrière-grand-père et mon grand-père ont en effet joué au Club (Marcel et Eric Van Vyve, ndlr.). Ma grand-mère dirigeait l'une des cafétérias du stade. Les supporters plus âgés la connaissent tous."S.V. :"Un quatuor dans un club est probablement unique. Au Milan AC, vous avez maintenant Daniel Maldini, fils de Paolo Maldini et petit-fils de Cesare. Ce sont les seuls qui s'en approchent je pense."R.V. : "Les couleurs bleues et noires sont dans nos coeurs, mais je suis assez lucide pour comprendre qu'il n'y a pas de place pour le sentimentalisme dans le football moderne. Si ça ne marche pas au Club, je percerai ailleurs."