"Quand les gens parlaient des meilleurs, ils évoquaient toujours Harry Kane, Robert Lewandowski ou encore Karim Benzema. Moi, on disait que j'étais "en bonne forme". Cela m'a motivé à travailler davantage. Je pense que j'ai désormais ma place dans cette liste", a lancé 'Big Rom'. "Je cherche toujours ce petit plus qui va me faire progresser, le petit truc à améliorer. Je n'ai pas d'objectif personnel sur cet Euro, je veux simplement tout faire pour le gagner." C'est contre le Portugal, porté par l'éternel Cristiano Ronaldo, que la Belgique va débuter la phase à élimination directe. "C'est un vrai défi pour voir où on l'en est. C'est une équipe complète dans tous les aspects du jeu, techniquement, physiquement et tactiquement. On devra se montrer intelligent. Si nous allons tous vers l'avant, on va le payer cash car ils sont très forts en reconversion", a ajouté Lukaku vendredi en conférence de presse au centre national de Tubize. Lukaku, qui a appris à parler le portugais à Chelsea au contact d'équipiers lusophones, a décrit le joueur typique de la Seleçao. "Il est très fier de son pays, doté de bonnes qualités techniques et capable de jouer des deux pieds. Le joueur portugais a une réelle envie de gagner et de tout faire pour y parvenir." Si la Belgique a défié la Hongrie en huitièmes de finale de l'Euro 2016, elle devra cette fois écarter le tenant du titre pour espérer disputer les quarts de finale. "Pour remporter un tournoi comme l'Euro, il faut passer par des moments difficiles. Je crois qu'il ne faut pas calculer et simplement se préparer au mieux." Meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale avec 63 buts, Lukaku a rassuré les fans belges en disant qu'il allait continuer minimum jusqu'à la Coupe du monde 2022 au Qatar. (Belga)

"Quand les gens parlaient des meilleurs, ils évoquaient toujours Harry Kane, Robert Lewandowski ou encore Karim Benzema. Moi, on disait que j'étais "en bonne forme". Cela m'a motivé à travailler davantage. Je pense que j'ai désormais ma place dans cette liste", a lancé 'Big Rom'. "Je cherche toujours ce petit plus qui va me faire progresser, le petit truc à améliorer. Je n'ai pas d'objectif personnel sur cet Euro, je veux simplement tout faire pour le gagner." C'est contre le Portugal, porté par l'éternel Cristiano Ronaldo, que la Belgique va débuter la phase à élimination directe. "C'est un vrai défi pour voir où on l'en est. C'est une équipe complète dans tous les aspects du jeu, techniquement, physiquement et tactiquement. On devra se montrer intelligent. Si nous allons tous vers l'avant, on va le payer cash car ils sont très forts en reconversion", a ajouté Lukaku vendredi en conférence de presse au centre national de Tubize. Lukaku, qui a appris à parler le portugais à Chelsea au contact d'équipiers lusophones, a décrit le joueur typique de la Seleçao. "Il est très fier de son pays, doté de bonnes qualités techniques et capable de jouer des deux pieds. Le joueur portugais a une réelle envie de gagner et de tout faire pour y parvenir." Si la Belgique a défié la Hongrie en huitièmes de finale de l'Euro 2016, elle devra cette fois écarter le tenant du titre pour espérer disputer les quarts de finale. "Pour remporter un tournoi comme l'Euro, il faut passer par des moments difficiles. Je crois qu'il ne faut pas calculer et simplement se préparer au mieux." Meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale avec 63 buts, Lukaku a rassuré les fans belges en disant qu'il allait continuer minimum jusqu'à la Coupe du monde 2022 au Qatar. (Belga)