Romario, qui n'avait jamais caché son intérêt pour le poste, pense être l'homme qu'il faut pour remettre un peu d'ordre dans la maison auriverde.

"Personne n'a jamais autant que moi lutté contre cette bande de pourris", a-t-il ainsi assuré, lui qui avait effectivement mené une enquête contre la corruption à la fédération. "Ma candidature est donc tout à fait légitime".

Président de la CBF depuis avril 2015, Del Nero aurait bafoué les règles éthiques selon la FIFA, qui l'a suspendu de toute activité nationale ou internationale. Il avait déjà démissionné du Comité exécutif de la FIFA en novembre 2015, lorsque son nom avait été cité dans une affaire de corruption.

"Je préfère être président de la CBF que gouverneur de Rio", avait assuré le sénateur fédéral de Rio de Janeiro Romario en septembre lors de la présentation d'un livre où il fustige les dirigeants de la fédération, et évoque déjà l'idée de briguer la présidence.

Le système de corruption mis en place par l'ex-président Joao Havelange, décédé l'an dernier, a finalement pourri la CBF à tous les étages, selon l'ex-attaquant du PSV Eindhoven et de Barcelone.

Romario, qui n'avait jamais caché son intérêt pour le poste, pense être l'homme qu'il faut pour remettre un peu d'ordre dans la maison auriverde. "Personne n'a jamais autant que moi lutté contre cette bande de pourris", a-t-il ainsi assuré, lui qui avait effectivement mené une enquête contre la corruption à la fédération. "Ma candidature est donc tout à fait légitime". Président de la CBF depuis avril 2015, Del Nero aurait bafoué les règles éthiques selon la FIFA, qui l'a suspendu de toute activité nationale ou internationale. Il avait déjà démissionné du Comité exécutif de la FIFA en novembre 2015, lorsque son nom avait été cité dans une affaire de corruption. "Je préfère être président de la CBF que gouverneur de Rio", avait assuré le sénateur fédéral de Rio de Janeiro Romario en septembre lors de la présentation d'un livre où il fustige les dirigeants de la fédération, et évoque déjà l'idée de briguer la présidence. Le système de corruption mis en place par l'ex-président Joao Havelange, décédé l'an dernier, a finalement pourri la CBF à tous les étages, selon l'ex-attaquant du PSV Eindhoven et de Barcelone.