Le défenseur central portugais d'origine capverdienne est une grosse pointure. A 29 ans, l'international (19 sélections) a participé au Mondial 2010 et à l'Euro 2012. Il a été prêté six mois par son club le FC Porto où il ne voulait pas prolonger son contrat, raison pour laquelle Rolando n'a pas encore joué cette saison se contentant de s'entraîner.

"Je suis prêt physiquement. Il me faudra quelques matchs pour être totalement dans le coup. J'ai de l'expérience, j'ai joué dans des clubs importants (Porto, Naples, Inter Milan) et j'ai gagné quelques titres. Steven Defour (qu'il a connu à Porto) est un ami et c'est plus facile pour moi ici, grâce à lui, mais il n'a pas joué de rôle dans ma venue. C'est mon choix personnel de venir ici. De découvrir un nouveau pays. Je suis ici pour travailler et jouer et faire mon maximum pour aider l'équipe", a confié Rolando dans un français remarquable. "Vais-je prolonger à Anderlecht (il sera libre en juin) ? Cela dépendra des quatre mois à venir."

Herman Van Holsbeeck, le manager du Sporting, était lui soulagé.

Après l'échec des transferts d'autres défenseurs centraux (Milosevic, Scholz), il a finalement réussi à trouver ce qu'il cherchait. "Ca fait plaisir de conclure à une demi-heure de la fin des transferts. Il faut avouer que nos bonnes relations avec Lucien d'Onofrio (l'ancien homme fort du Standard) nous ont aidé. Dans un transfert, il y a trois parties: le club vendeur, le club acheteur et le joueur. Il y a beaucoup de travail et de négociations. Je comprends que Rolando a hésité. Je suis surtout content que nous avons réussi à garder tout cela secret."

Le président Roger Vanden Stock, qui a félicité ouvertement Van Holsbeeck pour son travail durant le mercato, était radieux. "Le Sporting a fait un gros effort. Qu'est-ce des joueurs du talent de Rolando ou de Marin viennent faire chez nous ? Ils cherchent à se relancer. Et vous savez, Anderlecht est un club sympathique pour les joueurs. Si on veut aller au bout de nos ambitions (championnat, coupe, Europa League), nous sommes obligés de changer notre philosophie en matière de prêts. Mais nous ne l'avons pas fait avec n'importe qui. Aujourd'hui, nous avons quelqu'un du même acabit que Daniel Van Buyten (que le Sporting rêvait d'engager après le dernier Mondial). Anderlecht est plus fort qu'en début de saison."

L'entraîneur Besnik Hasi était aussi ravi de l'arrivée de l'athlétique portugais. "Nous étions depuis le début de la saison à la recherche d'un défenseur central. Je n'ai jamais pensé que nous aurions un tel joueur chez nous. Le CV de l'international portugais parle de lui-même. Il va nous aider dans la suite de la compétition. Il parle le français et c'est extra positif pour son intégration dans le club."

Le défenseur central portugais d'origine capverdienne est une grosse pointure. A 29 ans, l'international (19 sélections) a participé au Mondial 2010 et à l'Euro 2012. Il a été prêté six mois par son club le FC Porto où il ne voulait pas prolonger son contrat, raison pour laquelle Rolando n'a pas encore joué cette saison se contentant de s'entraîner. "Je suis prêt physiquement. Il me faudra quelques matchs pour être totalement dans le coup. J'ai de l'expérience, j'ai joué dans des clubs importants (Porto, Naples, Inter Milan) et j'ai gagné quelques titres. Steven Defour (qu'il a connu à Porto) est un ami et c'est plus facile pour moi ici, grâce à lui, mais il n'a pas joué de rôle dans ma venue. C'est mon choix personnel de venir ici. De découvrir un nouveau pays. Je suis ici pour travailler et jouer et faire mon maximum pour aider l'équipe", a confié Rolando dans un français remarquable. "Vais-je prolonger à Anderlecht (il sera libre en juin) ? Cela dépendra des quatre mois à venir." Herman Van Holsbeeck, le manager du Sporting, était lui soulagé.Après l'échec des transferts d'autres défenseurs centraux (Milosevic, Scholz), il a finalement réussi à trouver ce qu'il cherchait. "Ca fait plaisir de conclure à une demi-heure de la fin des transferts. Il faut avouer que nos bonnes relations avec Lucien d'Onofrio (l'ancien homme fort du Standard) nous ont aidé. Dans un transfert, il y a trois parties: le club vendeur, le club acheteur et le joueur. Il y a beaucoup de travail et de négociations. Je comprends que Rolando a hésité. Je suis surtout content que nous avons réussi à garder tout cela secret." Le président Roger Vanden Stock, qui a félicité ouvertement Van Holsbeeck pour son travail durant le mercato, était radieux. "Le Sporting a fait un gros effort. Qu'est-ce des joueurs du talent de Rolando ou de Marin viennent faire chez nous ? Ils cherchent à se relancer. Et vous savez, Anderlecht est un club sympathique pour les joueurs. Si on veut aller au bout de nos ambitions (championnat, coupe, Europa League), nous sommes obligés de changer notre philosophie en matière de prêts. Mais nous ne l'avons pas fait avec n'importe qui. Aujourd'hui, nous avons quelqu'un du même acabit que Daniel Van Buyten (que le Sporting rêvait d'engager après le dernier Mondial). Anderlecht est plus fort qu'en début de saison." L'entraîneur Besnik Hasi était aussi ravi de l'arrivée de l'athlétique portugais. "Nous étions depuis le début de la saison à la recherche d'un défenseur central. Je n'ai jamais pensé que nous aurions un tel joueur chez nous. Le CV de l'international portugais parle de lui-même. Il va nous aider dans la suite de la compétition. Il parle le français et c'est extra positif pour son intégration dans le club."