"Je ne sais pas pourquoi, mais je me retrouve toujours dans la même partie de tableau que Gauff", a-t-elle souri. "C'est une joueuse très athlétique, qui sert très bien. Son coup droit est peut-être son moins bon coup, mais il n'en demeure pas moins qu'elle sera la favorite. Elle est jeune et elle est un super talent. Je ne l'ai encore jamais rencontrée et ce sera dès lors chouette de voir ce dont je serai capable contre elle. Et il est clair que pour moi, la terre battue est la meilleure surface pour l'affronter." Il s'agira du tout premier duel entre Alison Van Uytvanck et Cori Gauff, qui s'était révélée en 2019, à l'âge de 15 ans, en atteignant les huitièmes de finale à Wimbledon. "C'est clair que ce sera un match difficile, mais c'est bien d'avoir encore un, de prendre des points avec ce deuxième tour, d'autant que je ne pourrai pas en gagner à Wimbledon, ce qui est une très mauvaise affaire pour moi", a-t-elle poursuivi. "Mais bon, je ne peux rien y faire. Mon tennis n'est pas génial à l'heure actuelle, car je n'ai pas pu beaucoup jouer après avoir été malade (à Istanbul, ndlr), mais j'essaie d'être agressive et de me battre avec les armes que je possède. J'aurais préféré avoir une meilleure préparation après Miami, mais parfois il faut écouter son corps. Et ma santé était primordiale." (Belga)

"Je ne sais pas pourquoi, mais je me retrouve toujours dans la même partie de tableau que Gauff", a-t-elle souri. "C'est une joueuse très athlétique, qui sert très bien. Son coup droit est peut-être son moins bon coup, mais il n'en demeure pas moins qu'elle sera la favorite. Elle est jeune et elle est un super talent. Je ne l'ai encore jamais rencontrée et ce sera dès lors chouette de voir ce dont je serai capable contre elle. Et il est clair que pour moi, la terre battue est la meilleure surface pour l'affronter." Il s'agira du tout premier duel entre Alison Van Uytvanck et Cori Gauff, qui s'était révélée en 2019, à l'âge de 15 ans, en atteignant les huitièmes de finale à Wimbledon. "C'est clair que ce sera un match difficile, mais c'est bien d'avoir encore un, de prendre des points avec ce deuxième tour, d'autant que je ne pourrai pas en gagner à Wimbledon, ce qui est une très mauvaise affaire pour moi", a-t-elle poursuivi. "Mais bon, je ne peux rien y faire. Mon tennis n'est pas génial à l'heure actuelle, car je n'ai pas pu beaucoup jouer après avoir été malade (à Istanbul, ndlr), mais j'essaie d'être agressive et de me battre avec les armes que je possède. J'aurais préféré avoir une meilleure préparation après Miami, mais parfois il faut écouter son corps. Et ma santé était primordiale." (Belga)