"Je suis très contente", a-t-elle confié à la presse belge. "Ce n'était pas un premier tour facile, peut-être au vu du classement, mais pas de son niveau. La terre battue est sa surface de prédilection et elle restait sur une finale à Nuremberg. J'ai dû aller chercher cette victoire. Après la perte du deuxième set, alors que je menais 3-1, j'ai été changé de polo et de chaussures et je suis repartie de zéro. Et j'ai disputé un très bon troisième set. J'ai repoussé mes limites et été très agressive, car je sentais que si je lui donnais une ouverture, elle en profiterait. Au final, je me donne un 7 sur 10. C'est assez, non ?", sourit-elle. Mercredi au deuxième tour, Elise Mertens rencontrera la jeune Française Diane Parry (WTA 457), 16 ans et 281 jours, que très peu de gens connaissaient avant sa victoire 6-2, 6-4 contre la Biélorusse Vera Lapko (WTA 102), sa toute première dans un tournoi du Grand Chelem. "C'est difficile de dire quelque chose à son sujet, car je ne la connais pas du tout. C'est une Française, mais mis à part ça", ajouta la Limbourgeoise, qui ne savait même pas si elle est droitière ou gauchère. "Je vais dès lors essayer de me renseigner. Cela dit, si elle a franchi le premier tour, cela veut dire qu'elle a du potentiel. À 16 ans, moi je n'étais pas ici", sourit-elle. "À cet âge-là, on peut jouer de manière insouciante. Je devrai donc prendre ce match très au sérieux." (Belga)