Roland Garros n'est pas le tournoi favori de Kirsten Flipkens. C'est un secret de polichinelle. Et cela s'est encore vu mardi. La native de Geel, 30 ans, n'a jamais eu voix au chapitre contre la Niçoise, 26 ans, huitième de finaliste l'a dernier. Elle ne sera ainsi jamais parvenue à gagner son service et n'aura réussi à frapper que 8 coups gagnants ! "Ce n'était pas la grande forme, mais je ne vais pas me cacher derrière mes soucis au poignet", expliqua-t-elle. "J'ai servi comme une patate et elle m'a mis le couteau sous la gorge avec son coup droit vers mon revers. Pourtant, j'ai essayé de trouver des solutions. Au deuxième set, j'avais prévu de venir au moins une fois par jeu au filet et de distiller également plus d'amorties. Ce n'est pas comme si j'avais commis 40 fautes directes. Ce n'était pas mon jour. Cela arrive..." Kirsten Flipkens se consolera avec un chèque de 30.000 euros, prenant au passage assez mal la question d'un journaliste français qui lui demandait si l'augmentation des dotations dans les tournois du Grand Chelem lui permettait de plus facilement s'en sortir financièrement. "Vous voulez dire que je ne me suis pas donnée à 100% ?", réagit-elle. "Pourquoi parlez-vous d'argent alors ?", ajouta-t-elle, assurant qu'elle envisageait de se reprendre à Wimbledon, où l'herbe devrait être plus verte pour elle. (Belga)

Roland Garros n'est pas le tournoi favori de Kirsten Flipkens. C'est un secret de polichinelle. Et cela s'est encore vu mardi. La native de Geel, 30 ans, n'a jamais eu voix au chapitre contre la Niçoise, 26 ans, huitième de finaliste l'a dernier. Elle ne sera ainsi jamais parvenue à gagner son service et n'aura réussi à frapper que 8 coups gagnants ! "Ce n'était pas la grande forme, mais je ne vais pas me cacher derrière mes soucis au poignet", expliqua-t-elle. "J'ai servi comme une patate et elle m'a mis le couteau sous la gorge avec son coup droit vers mon revers. Pourtant, j'ai essayé de trouver des solutions. Au deuxième set, j'avais prévu de venir au moins une fois par jeu au filet et de distiller également plus d'amorties. Ce n'est pas comme si j'avais commis 40 fautes directes. Ce n'était pas mon jour. Cela arrive..." Kirsten Flipkens se consolera avec un chèque de 30.000 euros, prenant au passage assez mal la question d'un journaliste français qui lui demandait si l'augmentation des dotations dans les tournois du Grand Chelem lui permettait de plus facilement s'en sortir financièrement. "Vous voulez dire que je ne me suis pas donnée à 100% ?", réagit-elle. "Pourquoi parlez-vous d'argent alors ?", ajouta-t-elle, assurant qu'elle envisageait de se reprendre à Wimbledon, où l'herbe devrait être plus verte pour elle. (Belga)