"Kecmanovic est un jeune qui monte. Il sort des juniors et il joue vraiment bien", a expliqué David Goffin. "Il a de très bonnes frappes et il sert bien. Il s'était qualifié pour son premier tournoi du Grand Chelem à Melbourne, je crois (il avait perdu au premier tour contre Fernando Verdasco, ndlr). Maintenant, c'est plutôt un joueur qui joue bien sur dur. Il peut donc rencontrer plus de difficultés sur la terre battue. C'est la raison pour laquelle, il faudra le faire beaucoup bouger et être rigoureux pour qu'il soit le moins à l'aise possible". David Goffin a préparé ce deuxième tour avec l'Allemand Philipp Kohlschreiber (ATP 54), mardi au stade Jean Bouin voisin. Avec un objectif clair, continuer à travailler sur le timing des frappes. "Ces derniers temps, c'est surtout cela que l'on recherche avec Thomas (Johansson, son coach). "J'ai besoin de retrouver ces frappes et ce swing pour pouvoir continuer à mettre la pression sur mes adversaires. Parfois je jouais bien, parfois je me crispais un peu à certains moments, sans raison. Au niveau du service, on a pas mal bossé aussi, mais ce n'est pas évident le service, quand il y a des choses ancrées depuis longtemps. Cela m'a bien aidé contre Berankis. Et j'espère continuer comme ça", a ajouté encore David Goffin. (Belga)