"Encore une fois, on revient à la même chose", a-t-il confié à Belga, après sa défaite. "À partir du moment où je joue mon jeu, je suis capable de très vite prendre l'ascendant, mais je suis pour l'instant toujours en manque de constance. Et cela s'est vu aujourd'hui. J'ai commis un nombre incalculable de fautes directes, surtout dans le premier set. Dans le deuxième, cela a été un peu mieux, mais aux moments importants, je ne parviens pas à jouer assez bien. C'est mentalement que le bât blesse, car à l'entraînement, mon niveau est vraiment bon. Je joue Top 3, je pense. En match, en revanche, il y a un blocage." Il s'agit du deuxième tournoi du Grand Chelem consécutif où Joachim Gérard s'incline dès le premier tour, après sa défaite à l'Open d'Australie contre le Japonais Shingo Kunieda (ITF 1). Mais ici à Paris, il s'attendait clairement à mieux. "Mon accident de l'année passée (NDLR: son malaise cardiaque aux Jeux Olympiques à Tokyo) m'a clairement fait régresser. Et certains automatismes ne sont toujours pas revenus. Je ne suis pas toujours bien placé sur la balle, j'ai des moments d'égarement, des hésitations. C'est un peu un tout. Contre des adversaires en dehors du Top 10, cela passe, mais pas contre les meilleurs. Il va vite falloir régler le problème si je veux faire quelque chose de bien lors de la suite de la saison." (Belga)

"Encore une fois, on revient à la même chose", a-t-il confié à Belga, après sa défaite. "À partir du moment où je joue mon jeu, je suis capable de très vite prendre l'ascendant, mais je suis pour l'instant toujours en manque de constance. Et cela s'est vu aujourd'hui. J'ai commis un nombre incalculable de fautes directes, surtout dans le premier set. Dans le deuxième, cela a été un peu mieux, mais aux moments importants, je ne parviens pas à jouer assez bien. C'est mentalement que le bât blesse, car à l'entraînement, mon niveau est vraiment bon. Je joue Top 3, je pense. En match, en revanche, il y a un blocage." Il s'agit du deuxième tournoi du Grand Chelem consécutif où Joachim Gérard s'incline dès le premier tour, après sa défaite à l'Open d'Australie contre le Japonais Shingo Kunieda (ITF 1). Mais ici à Paris, il s'attendait clairement à mieux. "Mon accident de l'année passée (NDLR: son malaise cardiaque aux Jeux Olympiques à Tokyo) m'a clairement fait régresser. Et certains automatismes ne sont toujours pas revenus. Je ne suis pas toujours bien placé sur la balle, j'ai des moments d'égarement, des hésitations. C'est un peu un tout. Contre des adversaires en dehors du Top 10, cela passe, mais pas contre les meilleurs. Il va vite falloir régler le problème si je veux faire quelque chose de bien lors de la suite de la saison." (Belga)