"Je savais que ce serait un match difficile", a-t-elle confié aux médias belges à Paris. "Le Court Philippe Chatrier est un peu plus lent que les courts annexes, ce qui fait qu'il est plus compliqué de tirer profit du premier service. La balle avançait moins vite et j'avais l'impression de jouer contre un mur. J'ai essayé d'être plus agressive, de monter au filet, de varier pour trouver une solution, mais tout revenait. Chapeau à elle. Le deuxième set est allé un peu vite, malheureusement (NdlR : elle a concédé 13 points d'affilée pour être menée 3-0). Ce n'est pas que j'ai jeté l'éponge, mais c'était dur aujourd'hui". Même si elle en voulait évidemment plus, Elise Mertens se montrait satisfaite de son parcours sur la terre battue de la Porte d'Auteuil. "Je n'ai quasiment pas eu de préparation (NdlR : suite à sa blessure à la cuisse droit encourue au tournoi WTA d'Istanbul, le 20 avril). Atteindre les huitièmes de finale ne constitue dès lors pas un mauvais résultat", a-t-elle poursuivi. "Il y a deux semaines encore, j'avais des difficultés à me déplacer, et je n'aurais pas pu rêver d'arriver jusque-là. Je suis toujours en double (NdlR : elle est au troisième tour avec la Russe Kudermetova) et je vais faire le maximum pour aller le plus loin possible". (Belga)

"Je savais que ce serait un match difficile", a-t-elle confié aux médias belges à Paris. "Le Court Philippe Chatrier est un peu plus lent que les courts annexes, ce qui fait qu'il est plus compliqué de tirer profit du premier service. La balle avançait moins vite et j'avais l'impression de jouer contre un mur. J'ai essayé d'être plus agressive, de monter au filet, de varier pour trouver une solution, mais tout revenait. Chapeau à elle. Le deuxième set est allé un peu vite, malheureusement (NdlR : elle a concédé 13 points d'affilée pour être menée 3-0). Ce n'est pas que j'ai jeté l'éponge, mais c'était dur aujourd'hui". Même si elle en voulait évidemment plus, Elise Mertens se montrait satisfaite de son parcours sur la terre battue de la Porte d'Auteuil. "Je n'ai quasiment pas eu de préparation (NdlR : suite à sa blessure à la cuisse droit encourue au tournoi WTA d'Istanbul, le 20 avril). Atteindre les huitièmes de finale ne constitue dès lors pas un mauvais résultat", a-t-elle poursuivi. "Il y a deux semaines encore, j'avais des difficultés à me déplacer, et je n'aurais pas pu rêver d'arriver jusque-là. Je suis toujours en double (NdlR : elle est au troisième tour avec la Russe Kudermetova) et je vais faire le maximum pour aller le plus loin possible". (Belga)