"Je ne ressens plus la moindre gêne aux adducteurs. J'ai pu monter en puissance au fil des entraînements. Je suis prêt à 100%", a confié le N.1 belge, qui s'est notamment préparé avec Lucas Pouille (ATP 17), l'étoile montante du tennis français, Rafael Nadal (ATP 4), qui brigue un dixième titre record, et encore Andy Murray (ATP 1) ce samedi. Quart de finaliste l'an dernier Porte d'Auteuil, David Goffin ne peut, en tout cas, pas se plaindre de son tirage au sort. Avec un qualifié au premier tour, puis peut-être un deuxième - l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky (ATP 122) - ou le Taiwanais Yen-Hsun Lu (ATP 58) et ensuite sans doute le géant Ivo Karlovic (ATP 24), qu'il a dégoûté à l'Australian Open et qui est loin d'être un crocodile de la terre battue, le Liégeois devrait pouvoir se frayer sans trop de difficultés un chemin en deuxième semaine du tournoi. "Roland Garros n'est pas mon tournoi préféré (NDLR: il s'agit de Wimbledon), mais j'y ai de bons souvenirs et j'aime bien jouer sur terre battue. J'ai déjà disputé des bons matches cette année et battu des joueurs comme Djokovic, Raonic et Thiem. Vu mon classement, le premier objectif est la deuxième semaine, si possible en ne laissant pas trop d'énergie. Ce n'est jamais évident d'affronter un adversaire issu des qualifications, car il a déjà trois matches dans les jambes. Paul-Henri Mathieu a beaucoup d'expérience. Mais il est clair que je suis ambitieux et que j'ai envie d'aller le plus loin possible", conclut-il. . (Belga)

"Je ne ressens plus la moindre gêne aux adducteurs. J'ai pu monter en puissance au fil des entraînements. Je suis prêt à 100%", a confié le N.1 belge, qui s'est notamment préparé avec Lucas Pouille (ATP 17), l'étoile montante du tennis français, Rafael Nadal (ATP 4), qui brigue un dixième titre record, et encore Andy Murray (ATP 1) ce samedi. Quart de finaliste l'an dernier Porte d'Auteuil, David Goffin ne peut, en tout cas, pas se plaindre de son tirage au sort. Avec un qualifié au premier tour, puis peut-être un deuxième - l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky (ATP 122) - ou le Taiwanais Yen-Hsun Lu (ATP 58) et ensuite sans doute le géant Ivo Karlovic (ATP 24), qu'il a dégoûté à l'Australian Open et qui est loin d'être un crocodile de la terre battue, le Liégeois devrait pouvoir se frayer sans trop de difficultés un chemin en deuxième semaine du tournoi. "Roland Garros n'est pas mon tournoi préféré (NDLR: il s'agit de Wimbledon), mais j'y ai de bons souvenirs et j'aime bien jouer sur terre battue. J'ai déjà disputé des bons matches cette année et battu des joueurs comme Djokovic, Raonic et Thiem. Vu mon classement, le premier objectif est la deuxième semaine, si possible en ne laissant pas trop d'énergie. Ce n'est jamais évident d'affronter un adversaire issu des qualifications, car il a déjà trois matches dans les jambes. Paul-Henri Mathieu a beaucoup d'expérience. Mais il est clair que je suis ambitieux et que j'ai envie d'aller le plus loin possible", conclut-il. . (Belga)