Roland Garros est LE rendez-vous de l'année pour Novak Djokovic, avec les Jeux Olympiques de Rio. Vainqueur en Australie, à Wimbledon et à l'US Open, le Serbe court depuis un bon bout de temps après un premier titre à Paris, où il a été souvent placé mais jamais gagnant, avec encore une finale perdue en quatre sets (6-4, 4-6, 3-6, 4-6) l'an dernier contre Stan Wawrinka. C'est dire s'il ne laissera rien au hasard. "En fait, cela fait trois années de suite que je suis dans une situation assez semblable. A l'entame du tournoi, je sais que je suis l'un des favoris. Je sais que les gens se demandent si je vais gagner cette année. Et je me pose aussi la question", sourit-il. La sensation est donc particulière. "A moi de faire en sorte d'utiliser mes émotions comme une source de motivation. Cela peut me servir pour bien jouer..." Novak Djokovic connaît Steve Darcis pour l'avoir déjà battu à deux reprises, à Rome (6-4, 6-0) en 2008 et à Miami (6-0, 7-5) en 2015. "Il est sur le circuit depuis de nombreuses années. Il a eu quelques grandes victoires, comme contre Nadal à Wimbledon. Je pense qu'il préfère jouer sur des surfaces rapides, car il a une bonne main, un bon slice et un bon service. Je ne l'ai pas beaucoup vu jouer sur terre battue. J'aurai donc un peu de boulot", ajoute le Serbe, qui ne savait pas que le Sprimontois était surnommé Shark. "Vraiment? J'ai une bonne réponse en tête, mais je vais la garder pour moi. J'adore les requins !é, sourit-il. (Belga)

Roland Garros est LE rendez-vous de l'année pour Novak Djokovic, avec les Jeux Olympiques de Rio. Vainqueur en Australie, à Wimbledon et à l'US Open, le Serbe court depuis un bon bout de temps après un premier titre à Paris, où il a été souvent placé mais jamais gagnant, avec encore une finale perdue en quatre sets (6-4, 4-6, 3-6, 4-6) l'an dernier contre Stan Wawrinka. C'est dire s'il ne laissera rien au hasard. "En fait, cela fait trois années de suite que je suis dans une situation assez semblable. A l'entame du tournoi, je sais que je suis l'un des favoris. Je sais que les gens se demandent si je vais gagner cette année. Et je me pose aussi la question", sourit-il. La sensation est donc particulière. "A moi de faire en sorte d'utiliser mes émotions comme une source de motivation. Cela peut me servir pour bien jouer..." Novak Djokovic connaît Steve Darcis pour l'avoir déjà battu à deux reprises, à Rome (6-4, 6-0) en 2008 et à Miami (6-0, 7-5) en 2015. "Il est sur le circuit depuis de nombreuses années. Il a eu quelques grandes victoires, comme contre Nadal à Wimbledon. Je pense qu'il préfère jouer sur des surfaces rapides, car il a une bonne main, un bon slice et un bon service. Je ne l'ai pas beaucoup vu jouer sur terre battue. J'aurai donc un peu de boulot", ajoute le Serbe, qui ne savait pas que le Sprimontois était surnommé Shark. "Vraiment? J'ai une bonne réponse en tête, mais je vais la garder pour moi. J'adore les requins !é, sourit-il. (Belga)