"Je suis content", a-t-il confié à Belga. "J'étais le meilleur tout le match. Simplement, je n'ai pas toujours réussi à saisir mes occasions. J'ai ainsi gâché le premier set où j'ai mené 5-3 puis encore 4/1 dans le tie-break, avec une balle de set à 6/5. Je ne parvenais pas à conclure et du coup, je me suis un peu tendu. Heureusement, je ne me suis pas trop frustré et j'ai rapidement remis mon ouvrage sur le métier. Je suis reparti de l'avant, sentant que j'avais l'ascendant du fond du court. J'ai bien servi aussi et je n'ai plus vraiment été mis en danger par la suite." Voilà donc Kimmer Coppejans une nouvelle fois au troisième tour des qualifs à Roland-Garros, dont il a déjà atteint à deux reprises le tableau final, en 2015 et 2019. Et il devra sans doute y sortir le grand jeu, vendredi, vu qu'il affrontera le Colombien Daniel Elahi Galan (ATP 106), 24 ans, tête de série N.°2, qui reste sur une finale au tournoi Challenger d'Heilbronn il y a dix jours. "Je ne l'ai encore jamais rencontré, mais je sais qu'il est en forme", a-t-il poursuivi. "Il est aux portes du Top 100. C'est un peu un joueur atypique de terre battue. Il a une bonne première balle et il aime bien s'appuyer sur son revers. Ce ne sera pas évident, mais il n'y a pas de match facile à ce niveau. Et puis, pour ma part, je trouve que je joue assez bien. Je touche bien la balle. Et je suis content d'avoir un jour de repos afin de récupérer, car ce fut encore un match éprouvant. Je le sens dans les jambes", a-t-il souri. (Belga)

"Je suis content", a-t-il confié à Belga. "J'étais le meilleur tout le match. Simplement, je n'ai pas toujours réussi à saisir mes occasions. J'ai ainsi gâché le premier set où j'ai mené 5-3 puis encore 4/1 dans le tie-break, avec une balle de set à 6/5. Je ne parvenais pas à conclure et du coup, je me suis un peu tendu. Heureusement, je ne me suis pas trop frustré et j'ai rapidement remis mon ouvrage sur le métier. Je suis reparti de l'avant, sentant que j'avais l'ascendant du fond du court. J'ai bien servi aussi et je n'ai plus vraiment été mis en danger par la suite." Voilà donc Kimmer Coppejans une nouvelle fois au troisième tour des qualifs à Roland-Garros, dont il a déjà atteint à deux reprises le tableau final, en 2015 et 2019. Et il devra sans doute y sortir le grand jeu, vendredi, vu qu'il affrontera le Colombien Daniel Elahi Galan (ATP 106), 24 ans, tête de série N.°2, qui reste sur une finale au tournoi Challenger d'Heilbronn il y a dix jours. "Je ne l'ai encore jamais rencontré, mais je sais qu'il est en forme", a-t-il poursuivi. "Il est aux portes du Top 100. C'est un peu un joueur atypique de terre battue. Il a une bonne première balle et il aime bien s'appuyer sur son revers. Ce ne sera pas évident, mais il n'y a pas de match facile à ce niveau. Et puis, pour ma part, je trouve que je joue assez bien. Je touche bien la balle. Et je suis content d'avoir un jour de repos afin de récupérer, car ce fut encore un match éprouvant. Je le sens dans les jambes", a-t-il souri. (Belga)