Après une terrible désillusion sur le dernier chrono du Tour de France, à l'issue duquel il a dû céder définitivement le maillot jaune à son compatriote Tadej Pogacar, Roglic a dompté mardi les 33,7 kilomètres entre Muros et le Mirador de Ézaro, une grosse montée finale d'1,8 km à 14,8%. "C'est une très bonne journée, surtout que cela faisait un petit moment que je n'avais plus gagné un chrono individuel", a dit le Slovène de 31 ans après son premier succès dans une épreuve individuelle depuis la 10e étape du dernier Tour d'Espagne, en septembre 2019. "Les sensations étaient bonnes, je me sens sentais étonnamment fort. Je pensais souffrir un peu plus mais tout s'est bien passé. C'était même presque sympa de faire ce chrono", a encore avoué celui qui a remporté la bagatelle de quatre étapes depuis le départ à Irun. Il reste maintenant cinq étapes au Slovène, dont une vers Madrid dimanche où l'issue du général ne devrait plus bouger, pour tenter de faire la passe de deux sur le Tour d'Espagne. "Il reste une semaine, on verra bien comment cela va se passer. C'est toujours mieux d'être 39 secondes devant que derrière. Nous devons rester concentrés. L'équipe est forte, nous attendons la suite avec impatience", a ponctué Roglic. (Belga)

Après une terrible désillusion sur le dernier chrono du Tour de France, à l'issue duquel il a dû céder définitivement le maillot jaune à son compatriote Tadej Pogacar, Roglic a dompté mardi les 33,7 kilomètres entre Muros et le Mirador de Ézaro, une grosse montée finale d'1,8 km à 14,8%. "C'est une très bonne journée, surtout que cela faisait un petit moment que je n'avais plus gagné un chrono individuel", a dit le Slovène de 31 ans après son premier succès dans une épreuve individuelle depuis la 10e étape du dernier Tour d'Espagne, en septembre 2019. "Les sensations étaient bonnes, je me sens sentais étonnamment fort. Je pensais souffrir un peu plus mais tout s'est bien passé. C'était même presque sympa de faire ce chrono", a encore avoué celui qui a remporté la bagatelle de quatre étapes depuis le départ à Irun. Il reste maintenant cinq étapes au Slovène, dont une vers Madrid dimanche où l'issue du général ne devrait plus bouger, pour tenter de faire la passe de deux sur le Tour d'Espagne. "Il reste une semaine, on verra bien comment cela va se passer. C'est toujours mieux d'être 39 secondes devant que derrière. Nous devons rester concentrés. L'équipe est forte, nous attendons la suite avec impatience", a ponctué Roglic. (Belga)