Le FC Malines vient de connaître une période mouvementée à cause du Covid. Comment avez-vous vécu cela de l'intérieur ?

Rob Schoofs : "Ce furent des semaines spéciales, on peut dire ça. Cette vague de cas était une situation inhabituelle. Quand nous sommes revenus aux entraînements, nous n'étions que quelques-uns. Et les seuls membres du staff présents étaient Steven Defour et Kevin Van Dessel. C'est vraiment dommage, parce que vous voulez bien commencer la nouvelle année et puisvous avez ça qui vous tombe sur la tête..."

Le fait que vous ne vous soyez pas rendu à Louvain, parce que vous avez décidé que le match devait être reporté, a également fait beaucoup de bruit. Avez-vous pensé que c'était la bonne décision d'aller à l'encontre du comité du calendrier et de ne pas se rendre au stade Den Dreef ?

Schoofs : "Nous étions dans notre droit, car selon les règles de la Pro League, le match devait être reporté. Et puis on a fait toute une histoire autour de nos deux gardiens infectés. Mais nous n'étions pas assez nombreux pour jouer ce match. C'est aussi simple que cela."

Décembre n'a pas été le meilleur mois pour toi non plus, à cause d'une infection au Covid et d'une blessure au genou...

Schoofs : "Décembre a vraiment été un mois de m... si je peux me permettre. Finalement, j'ai joué un match à la fin de l'année, mais je sentais que je n'étais pas encore au top de ma forme. Ensuite, j'ai été suspendu pour le match suivant aussi. Les matchs contre l'OHL et Genk ayant été reportés, il a fallu un certain temps avant que je puisse à nouveau être sur le terrain. Ce fut une longue pause hivernale pour moi, mais cela m'a aussi permis de me reposer pour laisser mon genou guérir et retrouver la forme. Depuis mon retour d'entraînement, je me sens à nouveau prêt. La pause a duré assez longtemps. (rires)"

"Si nous gagnons contre les meilleures équipes et que nous prenons également les trois points dans les matches contre les "petits", nous serions dans la course au titre. Nous ne sommes pas encore assez bons pour ça."

Rob Schoofs

Vous réalisez globalement une excellente saison, mais aussi très irrégulière dans les résultats. Vous avez gagné par exemple contre La Gantoise et le FC Bruges pour ensuite perdre contre Zulte Waregem et Saint-Trond. Comment expliquez-vous cela ?

Schoofs :"Contre les meilleures équipes, nous avons toujours été bons et nous avons mérité ces points. Mais contre les "petits" clubs, nous jouons différemment. On attend de nous que nous fassions le jeu, mais nous avons toujours des difficultés dans ce domaine. C'est une étape que nous devons franchir pour garder un niveau de jeu plus constant chaque match et mieux concrétiser nos occasions. Dans la plupart de ces matches, je pense que nous méritions de gagner. Mais imaginez un peu si nous gagnons contre toutes les équipes bien classées et que nous prenons également les trois points dans les matches contre les "petits", nous serions en tête du championnat et en course pour le titre. Nous ne sommes pas encore assez bons pour ça.Tout le monde veut toujours tout gagner en jouant un football agréable, mais ce n'est pas toujours possible."

Pendant ce temps, l'écart avec le dernier qualifié pour les PO1 est déjà de 9 points. Est-ce encore un objectif cette saison ?

Schoofs : "L'objectif est de jouer les Playoffs 2, nous l'avons dit dès le début de cette saison. Je pense que c'est une ambition saine pour Malines. Mais ce sera une lutte difficile pour y parvenir quand vous voyez les autres clubs qui sont encore en lice pour y participer."

null, belga
null © belga

Vous avez été éliminés en Coupe de Belgique contre Eupen. J'imagine que c'était une fameuse déception pour le KaVé ?

Schoofs : "C'est la plus grande déception de l'année. Nous avions fait un bon parcours et ensuite on s'attend à gagner à domicile contre Eupen. Nous aurions pu nous offrir un beau match contre Anderlecht et je pense vraiment qu'à partir de ce moment là tout était possible et nous avions une chance d'atteindre la finale. C'était l'un de nos objectifs cette année. La Coupe de Belgique est très importante pour notre groupe et nos supporters. Nous y tenions beaucoup. Mais ce match a eu lieu en décembre. Beaucoup de joueurs, dont moi, étaient en quarantaine et il y avait aussi quelques blessures dans notre noyau... Le coronavirus aura sérieusement influencé le résultat de notre saison, si l'on considère les choses sous cet angle."

A titre personnel, vous réalisez une très bonne saison. Vous n'avez marqué qu'un seul but, mais vous avez déjà délivré 6 passes décisives en championnat et en Coupe. La saison dernière, vous aviez donné 9 assists, votre record personnel. Est-ce que cette saison peut devenir la meilleure de votre carrière ?

Schoofs : "J'étais sur la bonne voie, mais le mois de décembre a un peu contrecarré mes plans. Je suis satisfait de mon nombre de passes décisives, mais pas de mon nombre de buts. Si vous voulez rivaliser pour des titres, vous devez vraiment faire mieux. Mais je pense que c'est possible que cette saison soit la meilleure de ma carrière."

"L'élimination en Coupe de Belgique est la plus grosse déception de la saison pour le FC Malines."

Rob Schoofs

Votre entraîneur Wouter Vrancken vous considérait comme un candidat au Soulier d'or, mais finalement aucun joueur de Malines ne figurait dans le top 10.

Schoofs : "J'ai terminé à la douzième place, ce qui est tout à fait honorable. Mais personne au club n'était vraiment intéressé par cette récompense, moi compris. Mais il est logique que les joueurs des grands clubs et de l'Union soient plus présents et obtiennent plus de points."

Qu'auriez-vous préféré gagner : le Soulier d'or ou le Gouden Croc (le prix du meilleur joueur de la K12, décerné par le podcast de football MIDMID,ndlr) ?

Schoofs : (rires) "C'est un choix difficile, en fait. Le trophée Gouden Croc est aussi un beau trophée, je l'ai vu. C'est dommage que je sois arrivé deuxième, mais Dante Vanzeir l'a mérité. Il est premier avec l'Union, il y avait donc peu de raisons de ne pas lui donner le prix. C'est bien que je sois au final bien classé pour ces deux récompenses. J'espère améliorer mes statistiques cette année et marquer plus de buts, pour que l'on parle davantage de moi à l'avenir."

Sur Transfermarkt, vous valez désormais 2,2 millions d'euros, soit la plus haute valeur de votre carrière. Vous avez déjà 27 ans. Vous devriez donc être presque au sommet de votre art. Pensez-vous à un transfert vers un plus grand club l'été prochain que ce soit en Pro League ou à l'étranger ?

Schoofs : "Je me sens bien au FC Malines, mais bien sûr tout dépend de la demande et il n'y a pas encore eu d'offres vraiment intéressantes. Mais ce sont des soucis pour dans six mois. Pendant cette période, beaucoup de choses peuvent se passer dans le football. Pour le moment, j'espère juste retrouver mon meilleur niveau et ensuite nous verrons. Mais c'est naturellement l'ambition de franchir le pas vers un défi plus relevé. Personne ne sait si cela se fera cet été. Je ne cherche pas absolument à partir mais si une belle opportunité se présente, je pourrais peut-être sauter dessus."

Quel serait alors le bon projet ?

Schoofs : "Il y a différents facteurs qui jouent un rôle. Sur le plan sportif, il faut que ce soit un bon club où je puisse jouer immédiatement sans devoir trop patienter sur le banc au début. Mais je prendrais aussi en compte l'aspect financier et certainement familial. Nous avons maintenant une fille de neuf mois. Tout doit être parfait, il faut donc penser à la prochaine étape."

Le FC Malines vient de connaître une période mouvementée à cause du Covid. Comment avez-vous vécu cela de l'intérieur ?Rob Schoofs : "Ce furent des semaines spéciales, on peut dire ça. Cette vague de cas était une situation inhabituelle. Quand nous sommes revenus aux entraînements, nous n'étions que quelques-uns. Et les seuls membres du staff présents étaient Steven Defour et Kevin Van Dessel. C'est vraiment dommage, parce que vous voulez bien commencer la nouvelle année et puisvous avez ça qui vous tombe sur la tête..."Le fait que vous ne vous soyez pas rendu à Louvain, parce que vous avez décidé que le match devait être reporté, a également fait beaucoup de bruit. Avez-vous pensé que c'était la bonne décision d'aller à l'encontre du comité du calendrier et de ne pas se rendre au stade Den Dreef ?Schoofs : "Nous étions dans notre droit, car selon les règles de la Pro League, le match devait être reporté. Et puis on a fait toute une histoire autour de nos deux gardiens infectés. Mais nous n'étions pas assez nombreux pour jouer ce match. C'est aussi simple que cela."Décembre n'a pas été le meilleur mois pour toi non plus, à cause d'une infection au Covid et d'une blessure au genou...Schoofs : "Décembre a vraiment été un mois de m... si je peux me permettre. Finalement, j'ai joué un match à la fin de l'année, mais je sentais que je n'étais pas encore au top de ma forme. Ensuite, j'ai été suspendu pour le match suivant aussi. Les matchs contre l'OHL et Genk ayant été reportés, il a fallu un certain temps avant que je puisse à nouveau être sur le terrain. Ce fut une longue pause hivernale pour moi, mais cela m'a aussi permis de me reposer pour laisser mon genou guérir et retrouver la forme. Depuis mon retour d'entraînement, je me sens à nouveau prêt. La pause a duré assez longtemps. (rires)"Vous réalisez globalement une excellente saison, mais aussi très irrégulière dans les résultats. Vous avez gagné par exemple contre La Gantoise et le FC Bruges pour ensuite perdre contre Zulte Waregem et Saint-Trond. Comment expliquez-vous cela ?Schoofs :"Contre les meilleures équipes, nous avons toujours été bons et nous avons mérité ces points. Mais contre les "petits" clubs, nous jouons différemment. On attend de nous que nous fassions le jeu, mais nous avons toujours des difficultés dans ce domaine. C'est une étape que nous devons franchir pour garder un niveau de jeu plus constant chaque match et mieux concrétiser nos occasions. Dans la plupart de ces matches, je pense que nous méritions de gagner. Mais imaginez un peu si nous gagnons contre toutes les équipes bien classées et que nous prenons également les trois points dans les matches contre les "petits", nous serions en tête du championnat et en course pour le titre. Nous ne sommes pas encore assez bons pour ça.Tout le monde veut toujours tout gagner en jouant un football agréable, mais ce n'est pas toujours possible."Pendant ce temps, l'écart avec le dernier qualifié pour les PO1 est déjà de 9 points. Est-ce encore un objectif cette saison ?Schoofs : "L'objectif est de jouer les Playoffs 2, nous l'avons dit dès le début de cette saison. Je pense que c'est une ambition saine pour Malines. Mais ce sera une lutte difficile pour y parvenir quand vous voyez les autres clubs qui sont encore en lice pour y participer."Vous avez été éliminés en Coupe de Belgique contre Eupen. J'imagine que c'était une fameuse déception pour le KaVé ?Schoofs : "C'est la plus grande déception de l'année. Nous avions fait un bon parcours et ensuite on s'attend à gagner à domicile contre Eupen. Nous aurions pu nous offrir un beau match contre Anderlecht et je pense vraiment qu'à partir de ce moment là tout était possible et nous avions une chance d'atteindre la finale. C'était l'un de nos objectifs cette année. La Coupe de Belgique est très importante pour notre groupe et nos supporters. Nous y tenions beaucoup. Mais ce match a eu lieu en décembre. Beaucoup de joueurs, dont moi, étaient en quarantaine et il y avait aussi quelques blessures dans notre noyau... Le coronavirus aura sérieusement influencé le résultat de notre saison, si l'on considère les choses sous cet angle."A titre personnel, vous réalisez une très bonne saison. Vous n'avez marqué qu'un seul but, mais vous avez déjà délivré 6 passes décisives en championnat et en Coupe. La saison dernière, vous aviez donné 9 assists, votre record personnel. Est-ce que cette saison peut devenir la meilleure de votre carrière ?Schoofs : "J'étais sur la bonne voie, mais le mois de décembre a un peu contrecarré mes plans. Je suis satisfait de mon nombre de passes décisives, mais pas de mon nombre de buts. Si vous voulez rivaliser pour des titres, vous devez vraiment faire mieux. Mais je pense que c'est possible que cette saison soit la meilleure de ma carrière."Votre entraîneur Wouter Vrancken vous considérait comme un candidat au Soulier d'or, mais finalement aucun joueur de Malines ne figurait dans le top 10.Schoofs : "J'ai terminé à la douzième place, ce qui est tout à fait honorable. Mais personne au club n'était vraiment intéressé par cette récompense, moi compris. Mais il est logique que les joueurs des grands clubs et de l'Union soient plus présents et obtiennent plus de points."Qu'auriez-vous préféré gagner : le Soulier d'or ou le Gouden Croc (le prix du meilleur joueur de la K12, décerné par le podcast de football MIDMID,ndlr) ?Schoofs : (rires) "C'est un choix difficile, en fait. Le trophée Gouden Croc est aussi un beau trophée, je l'ai vu. C'est dommage que je sois arrivé deuxième, mais Dante Vanzeir l'a mérité. Il est premier avec l'Union, il y avait donc peu de raisons de ne pas lui donner le prix. C'est bien que je sois au final bien classé pour ces deux récompenses. J'espère améliorer mes statistiques cette année et marquer plus de buts, pour que l'on parle davantage de moi à l'avenir."Sur Transfermarkt, vous valez désormais 2,2 millions d'euros, soit la plus haute valeur de votre carrière. Vous avez déjà 27 ans. Vous devriez donc être presque au sommet de votre art. Pensez-vous à un transfert vers un plus grand club l'été prochain que ce soit en Pro League ou à l'étranger ?Schoofs : "Je me sens bien au FC Malines, mais bien sûr tout dépend de la demande et il n'y a pas encore eu d'offres vraiment intéressantes. Mais ce sont des soucis pour dans six mois. Pendant cette période, beaucoup de choses peuvent se passer dans le football. Pour le moment, j'espère juste retrouver mon meilleur niveau et ensuite nous verrons. Mais c'est naturellement l'ambition de franchir le pas vers un défi plus relevé. Personne ne sait si cela se fera cet été. Je ne cherche pas absolument à partir mais si une belle opportunité se présente, je pourrais peut-être sauter dessus."Quel serait alors le bon projet ?Schoofs : "Il y a différents facteurs qui jouent un rôle. Sur le plan sportif, il faut que ce soit un bon club où je puisse jouer immédiatement sans devoir trop patienter sur le banc au début. Mais je prendrais aussi en compte l'aspect financier et certainement familial. Nous avons maintenant une fille de neuf mois. Tout doit être parfait, il faut donc penser à la prochaine étape."