Lundi 12 juin. L'Antwerp est le premier club de D1 à reprendre les entraînements. La seule chose qui est claire, ce matin-là, c'est que les plaques d'immatriculation des Mercedes des joueurs commencent toutes par la même lettre. Il est plus de 14 heures lorsqu'ils sortent des vestiaires pour un jogging d'une dizaine de kilomètres. Leurs équipements sont disparates: certains ont des numéros, d'autres pas. Et il n'y a pas d'entraîneur: c'est Wim De Decker qui dirige la séance. Son beau-père est parmi les supporters et leur donne quelques informations. Wim n'est pas sûr de rester, il veut d'abord savoir qui sera l'entraîneur principal. Car il ne veut être T2 que s'il peut encore apprendre quelque chose. Le lendemain, un journal écrira qu'il est candidat à Saint-Trond.
...