"C'est une réunion interne, et rien ne sera communiqué. Notre président est libre de tenir autant de réunion en interne qu'il le souhaite", a expliqué Pierre Cornez, le porte-parole ad interim de l'Union belge.

Il n'est cependant un secret pour personne que les critiques pleuvent sur et au sein de l'Union belge de football. Selon plusieurs médias, François De Keersmaecker a convoqué les membres de son Comité exécutif pour mettre les choses au point. Entre les accusations internes, les fuites dans la presse, le licenciement de Nicolas Cornu, le team manager des Diables Rouges, les rumeurs de dédommagements à hauteur de 250.000 euros de Roland Louf, l'ancien directeur marketing de l'Union belge, la mise sur la sellette de Steven Martens et son bras droit, Bob Madou, François De Keersmaecker veut clarifier la situation en interne.

Tout cela alors que vendredi est prévu une réunion du Conseil d'Administration, au cours de laquelle, Steven Martens, le directeur général de l'Union belge, doit justifier les dépenses réalisées durant la Coupe du monde au Brésil, dont le paiement de 300.000 euros (la facture est contestée) pour la non-annulation d'un hôtel réservé pour les femmes de joueurs ayant coûté sa place à Nicolas Cornu. Ce dernier, selon la Dernière Heure-les-Sports, envisagerait de porter l'affaire en justice.

Enfin le groupe Sud-Presse annonce mardi aussi l'intention des clubs de D3 de porter plainte contre l'Union belge, lui reprochant des "décisions sans tenir compte de leur avis, et au président François De Keersmaecker de ne pas tenir certaines promesses. Gros point d'achoppement également: la suppression d'un subside de fonctionnement annuel de 25.000 euros qui leur a été retiré alors qu'il avait été prévu au budget", écrit le quotidien.

"C'est une réunion interne, et rien ne sera communiqué. Notre président est libre de tenir autant de réunion en interne qu'il le souhaite", a expliqué Pierre Cornez, le porte-parole ad interim de l'Union belge.Il n'est cependant un secret pour personne que les critiques pleuvent sur et au sein de l'Union belge de football. Selon plusieurs médias, François De Keersmaecker a convoqué les membres de son Comité exécutif pour mettre les choses au point. Entre les accusations internes, les fuites dans la presse, le licenciement de Nicolas Cornu, le team manager des Diables Rouges, les rumeurs de dédommagements à hauteur de 250.000 euros de Roland Louf, l'ancien directeur marketing de l'Union belge, la mise sur la sellette de Steven Martens et son bras droit, Bob Madou, François De Keersmaecker veut clarifier la situation en interne.Tout cela alors que vendredi est prévu une réunion du Conseil d'Administration, au cours de laquelle, Steven Martens, le directeur général de l'Union belge, doit justifier les dépenses réalisées durant la Coupe du monde au Brésil, dont le paiement de 300.000 euros (la facture est contestée) pour la non-annulation d'un hôtel réservé pour les femmes de joueurs ayant coûté sa place à Nicolas Cornu. Ce dernier, selon la Dernière Heure-les-Sports, envisagerait de porter l'affaire en justice.Enfin le groupe Sud-Presse annonce mardi aussi l'intention des clubs de D3 de porter plainte contre l'Union belge, lui reprochant des "décisions sans tenir compte de leur avis, et au président François De Keersmaecker de ne pas tenir certaines promesses. Gros point d'achoppement également: la suppression d'un subside de fonctionnement annuel de 25.000 euros qui leur a été retiré alors qu'il avait été prévu au budget", écrit le quotidien.