" Axel Witsel... Boum... Oh Axel Witsel... On le disait, il a le niveau européen, il le prouve encore ce soir. Quelle classe ! C'est splendide ! " Marc Delire délire, il en a plein la bouche. Il commente ce Standard - Bruges de la septième journée des play-offs 2010-2011 sur Belgacom TV. Ça sent la poudre parce que le Standard traverse ces PO comme un TGV : 16 points sur 18 avant le choc du 7 mai. Le commentateur l'a dit en ouverture du live : " Si vous aimez le football, c'est ici qu'il faut être ce soir. A Sclessin, dans un stade prêt à rugir. " A ses côtés, il a Benoît Thans comme consultant. Un Ben qui dit notamment : " Devant, il y a ce duo Aloys Nong - Mémé Tchité qui ne fait que péter des flammes, comme on dit ici. "
...

" Axel Witsel... Boum... Oh Axel Witsel... On le disait, il a le niveau européen, il le prouve encore ce soir. Quelle classe ! C'est splendide ! " Marc Delire délire, il en a plein la bouche. Il commente ce Standard - Bruges de la septième journée des play-offs 2010-2011 sur Belgacom TV. Ça sent la poudre parce que le Standard traverse ces PO comme un TGV : 16 points sur 18 avant le choc du 7 mai. Le commentateur l'a dit en ouverture du live : " Si vous aimez le football, c'est ici qu'il faut être ce soir. A Sclessin, dans un stade prêt à rugir. " A ses côtés, il a Benoît Thans comme consultant. Un Ben qui dit notamment : " Devant, il y a ce duo Aloys Nong - Mémé Tchité qui ne fait que péter des flammes, comme on dit ici. " La tirade de Marc Delire vient à la 32e minute. Axel Witsel reçoit le ballon aux 30 mètres, s'avance jusqu'aux 20, et là, il envoie un missile dans la lucarne de Geert De Vlieger, rappelé en catastrophe dans le but brugeois, à 39 piges, parce que Colin Coosemans s'est chopé une mononucléose. 1-0, seul but du match, un Standard qui est maintenant à 19 points sur 21 et assuré de jouer la Coupe d'Europe. Witsel avec sa gueule de jeune ange mime le papillon pour fêter son goal, comme à son habitude. Son dixième de la saison en championnat, son troisième en play-offs. Et surtout - mais ça, personne ne le sait à ce moment-là -, son tout dernier but en championnat de Belgique. Il s'arrête définitivement à 33 pions. Le secrétariat de Sclessin a reçu de belles demandes de places pour ce match. Dans les clubs qui ont sollicité une invitation pour l'un de leurs scouts, il y a l'AC Milan, le Bayern, Séville, Arsenal et Manchester City. Il y a dans cette équipe deux gars plus hot et bankable que les autres : le capitaine Steven Defour et son vice-capi Axel Witsel. Defour n'est pas au coup d'envoi, il revient de blessure. Il montera en cours de match. Dans les bureaux, on le sait avec une quasi-certitude : ces cadors européens friqués s'intéressent surtout à Witsel. La direction essaie de les prolonger tous les deux. Chaloupe a encore trois ans de contrat, qu'importe. Lucien D'Onofrio sait que, plus le contrat sera long, plus le prix de vente sera élevé. Interrogé le soir de la victoire contre Bruges, le joueur montre un peu les dents : " Je ne sais pas si je vais prolonger ou pas. J'ai seulement lu dans la presse que le Standard voudrait que je le fasse déjà. Tout ce que je sais, c'est que j'ai envie de partir dès la fin de cette saison. Je me sens prêt pour aller me tester plus haut. " Et effectivement, il s'en ira à Benfica quelques semaines plus tard. Retour sur cette prestation individuelle et collective parfaitement aboutie. La première mi-temps du Standard de Dominique D'Onofrio est phénoménale. Un journal flamand écrit que c'est la meilleure mi-temps vue en Belgique depuis l'été 2010. Le Bruges d' AdrieKoster est à la rue. Commentaire révélateur de Daan Van Gijseghem au moment de remonter dans le bus : " A la mi-temps, ça aurait pu être 10-0. " Geert De Vlieger fait le boulot, mais à côté de ça, il y a plusieurs Brugeois qui sont aux fraises. Lu dans un journal du lundi, deux jours après le match : " Mehdi Carcela a rendu Peter Van der Heyden complètement fou. Carl Hoefkens n'a jamais su contrôler Mbaye Leye. Karel Geraerts a été baladé de tous les côtés. Eliaquim Mangala et Kanu ont fait bouffer le gazon à Dorge Kouemaha, qui n'est pourtant pas n'importe qui. Et par rapport à Daniel Opare, Nabil Dirar - pourtant très rapide en temps normal - a couru comme un vieillard. On a rarement vu une domination pareille dans un match au sommet. Et ça ne s'expliquait même pas par la faiblesse du Club. " Koster résume : " On ne pouvait pas faire plus. " Sergio Conceiçao, le T2 de DD, place sa flèche : " On est la meilleure équipe de Belgique. " Au moment où il faut rendre l'antenne, Delire lâche " 19 sur 21 dans ces play-offs, c'est assez incroyable " et Thans embraie par " Cette équipe a beaucoup de maturité, et sans pression... elle continue à mettre la pression sur Genk. " C'est la saison du fameux match décisif à Genk. Ce Standard - Bruges se joue pile dix jours avant le thriller historique, l'attentat non revendiqué de Chris Mavinga sur Mehdi Carcela, les arrêts surréalistes de Thibaut Courtois, le titre des gars de Frankie Vercauteren. Axel Witsel est au sommet de son art, on le dit plus fort encore que l'année où il a reçu le Soulier d'Or. Steven Defour connaît une campagne compliquée, parasitée par une blessure à l'épaule. Witsel en a profité pour prendre, outre le brassard, le rôle de patron de l'équipe et le titre de meilleur joueur du Standard. Il commente, en fin de soirée, son ultime bijou sur les pelouses de notre championnat : " C'est le genre de but qu'on peut voir dans le championnat d'Angleterre. Je ne sais pas si c'est le plus beau de ma carrière mais c'est sûrement le plus joli que j'ai marqué cette saison. Il y a des jours comme ça, où ça réussit. Je n'ai pas eu de pitié pour un gardien de presque 40 ans ? On ne joue pas dans la même équipe. Sur le terrain, on n'a pas d'amis. " De Vlieger commentera, quelques jours plus tard : " Quel but ! Quand j'ai vu le tir de Witsel partir, je savais déjà que seul mon cadre pourrait éventuellement me sauver. Ou alors, le ballon allait passer quelques centimètres à côté. Cette frappe était déjà fantastique en live. Mais elle était encore plus belle quand je l'ai revue à la télé. "