Ritchie De Laet à propos...

...de son transfert à l'Antwerp : "C'était ma priorité. Je suis allé partout en Angleterre, j'ai vu l'Australie, maintenant j'ai 30 ans et j'estimais que c'était le bon moment pour rentrer. Depuis plus de dix ans, je suis coupé de ma famille. Je n'ai jamais eu l'occasion de vivre à Anvers en tant qu'adulte. Et je ne mets pas non plus les pieds n'importe où. Aujourd'hui, l'Antwerp est une équipe de PO1 avec des ambitions et des installations. Par rapport à mes débuts ici, ça n'a rien à voir. Je me souviens des vieilles tribunes, il y avait des trous dans les murs et dans les portes, pas assez de place pour caser tout le monde dans le vestiaire, on recevait une seule tenue d'entraînement pour la saison, on devait apporter son essuie et son savon. Et puis, il y a la chaleur des supporters, que je comparerais à la passion des gens de Leicester."

...de ses deux titres en un jour : "J'ai vécu une journée qu'un footballeur ne peut normalement pas vivre, j'ai eu deux trophées le même jour avec deux clubs différents. L'année du titre, j'ai quitté Leicester en janvier pour aller en prêt à Middlesbrough. Là-bas, on joue un match décisif contre Brighton pour la montée. Un point suffit. On fait un nul, c'est la fête. Je prends ma médaille, je monte dans ma voiture et je me tape trois heures de route vers Leicester qui joue le titre contre Everton. Quand je m'installe dans le stade, il reste une vingtaine de minutes. Leicester gagne et est champion. Je descends dans le vestiaire, je mets leur maillot puis on fête ça avec les supporters."

...de Manchester United : " Adnan Januzaj, Marouane Fellaini et Romelu Lukaku ont joué plus que moi mais je l'ai fait avant eux. J'ai des souvenirs fantastiques de mes années là-bas. Je me suis tout le temps entraîné avec les pros. Avec Alex Ferguson, Cristiano Ronaldo, Wayne Rooney, Gary Neville, Edwin van der Sar, Nemanja Vidic, Rio Ferdinand. Je ne les quittais que les veilles de matches pour aller m'entraîner avec les U23. Ferguson est un gars incroyable. Il avait toujours du temps pour tout le monde, il discutait avec un U16 comme avec Rooney. Il n'entraînait pas vraiment, il observait et il avait deux T1. Il venait dans le vestiaire avant les matches, et là, on écoutait sa religion."

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Ritchie De Laet dans votre Sport/Foot Magazine Spécial Compétition