Remco Evenepoel avait chuté dans une descente durant le Tour de Lombardie le 15 août. Victime d'une fracture du bassin, il avait dû mettre un terme à sa saison. Après une période de revalidation, il voit la lumière au bout du tunnel. Le prodige de Deceuninck-Quick Step s'entraîne actuellement à Calpe en vue de la prochaine saison. "Je suis heureux d'être ici", a déclaré Evenepoel. "Je peux m'entraîner dans un autre environnement, humer un autre air et construire ma condition en vue de l'année prochaine. Je ne sais pas en ce moment où j'en suis en comparaison avec la même période la saison passée. Nous n'avons pas encore effectué de test. Cela arrivera d'ici peu, mais c'est difficile à comparer. Je pèse 4 à 5 kilos de moins que l'an passé à cette période. J'ai fait énormément attention à mon alimentation ces dernières semaines et cela fait une différence. Je pèse à présent entre 59 et 60 kilos. Evenepoel est avant tout ravi de pouvoir à nouveau rouler à vélo. "En fait, il était prévu que je ne reprenne l'entraînement à vélo que maintenant", a confié le cycliste. "Mais je le fais depuis un mois. La revalidation se déroulait bien et j'étais heureux de pouvoir remonter sur le vélo plus tôt. Je progresse chaque semaine. La force revient progressivement dans les jambes, mais il y a encore du travail. Je suis resté huit semaines allongé. Tu peux prendre cela au pied de la lettre: j'étais la plupart du temps dans mon lit. La 'rouille' doit encore partir", a souri Evenepoel. "Physiquement, il y a encore du travail, mais j'ai confiance. Mentalement, ça va. Je descends comme je le faisais avant ma chute." Malgré son immobilité de huit semaines, Evenepoel ne sent pas de différence de force entre ses jambes. "Juste avant mon départ en Espagne, on a mesuré ma masse musculaire. Elle est stable et est la même pour la jambe gauche et la jambe droite." Il reste encore un petit défaut à l'intérieur de sa jambe droite. "J'ai encore une sensibilité au niveau de l'os pubien, cela prend du temps pour guérir. Mais cela ne me dérange pas quand je fais du vélo, seulement quand je suis assis sur une chaise ou quelque chose comme ça." La semaine passée, le Sportif belge de l'année 2019 a parcouru 763 kilomètres en 26 heures. "Parfois, après l'entraînement, je sens que ma jambe droite est peu plus 'dure' que la gauche, mais ça va déjà très bien. Je veux continuer sur cette voie et je me réjouis de m'entraîner bientôt avec les équipiers." Evenepoel ne sait pas encore où il reprendra la compétition. Le manager de Deceuninck-Quick Step Patrick Lefevere avait envisagé une reprise en Australie, mais le Tour Down Under n'aura pas lieu. Le coureur et son équipe étudient les alternatives. "Je pense déjà à 2021", a souligné le coureur. "Les Jeux Olympiques figurent à mon programme, mais je veux surtout rouler un des trois Grands Tours. Je suis impatient d'y faire mes débuts. Peu importe lequel, mais je veux en disputer un." (Belga)

Remco Evenepoel avait chuté dans une descente durant le Tour de Lombardie le 15 août. Victime d'une fracture du bassin, il avait dû mettre un terme à sa saison. Après une période de revalidation, il voit la lumière au bout du tunnel. Le prodige de Deceuninck-Quick Step s'entraîne actuellement à Calpe en vue de la prochaine saison. "Je suis heureux d'être ici", a déclaré Evenepoel. "Je peux m'entraîner dans un autre environnement, humer un autre air et construire ma condition en vue de l'année prochaine. Je ne sais pas en ce moment où j'en suis en comparaison avec la même période la saison passée. Nous n'avons pas encore effectué de test. Cela arrivera d'ici peu, mais c'est difficile à comparer. Je pèse 4 à 5 kilos de moins que l'an passé à cette période. J'ai fait énormément attention à mon alimentation ces dernières semaines et cela fait une différence. Je pèse à présent entre 59 et 60 kilos. Evenepoel est avant tout ravi de pouvoir à nouveau rouler à vélo. "En fait, il était prévu que je ne reprenne l'entraînement à vélo que maintenant", a confié le cycliste. "Mais je le fais depuis un mois. La revalidation se déroulait bien et j'étais heureux de pouvoir remonter sur le vélo plus tôt. Je progresse chaque semaine. La force revient progressivement dans les jambes, mais il y a encore du travail. Je suis resté huit semaines allongé. Tu peux prendre cela au pied de la lettre: j'étais la plupart du temps dans mon lit. La 'rouille' doit encore partir", a souri Evenepoel. "Physiquement, il y a encore du travail, mais j'ai confiance. Mentalement, ça va. Je descends comme je le faisais avant ma chute." Malgré son immobilité de huit semaines, Evenepoel ne sent pas de différence de force entre ses jambes. "Juste avant mon départ en Espagne, on a mesuré ma masse musculaire. Elle est stable et est la même pour la jambe gauche et la jambe droite." Il reste encore un petit défaut à l'intérieur de sa jambe droite. "J'ai encore une sensibilité au niveau de l'os pubien, cela prend du temps pour guérir. Mais cela ne me dérange pas quand je fais du vélo, seulement quand je suis assis sur une chaise ou quelque chose comme ça." La semaine passée, le Sportif belge de l'année 2019 a parcouru 763 kilomètres en 26 heures. "Parfois, après l'entraînement, je sens que ma jambe droite est peu plus 'dure' que la gauche, mais ça va déjà très bien. Je veux continuer sur cette voie et je me réjouis de m'entraîner bientôt avec les équipiers." Evenepoel ne sait pas encore où il reprendra la compétition. Le manager de Deceuninck-Quick Step Patrick Lefevere avait envisagé une reprise en Australie, mais le Tour Down Under n'aura pas lieu. Le coureur et son équipe étudient les alternatives. "Je pense déjà à 2021", a souligné le coureur. "Les Jeux Olympiques figurent à mon programme, mais je veux surtout rouler un des trois Grands Tours. Je suis impatient d'y faire mes débuts. Peu importe lequel, mais je veux en disputer un." (Belga)