Il a marqué le coup ce jeudi en souscrivant des parts et réclame clairement le départ de Roland Duchâtelet. "Il est temps qu'il parte afin que tout le monde retrouve du plaisir", a-t-il d'ailleurs déclaré en marge de la conférence de presse. Reginald Goreux, qui suit encore l'actualité du Standard, ne reconnaît plus son club. Présent durant 18 mois sous l'ère Duchâtelet, l'ancien capitaine des Rouches dit comprendre la détresse des supporters et de ses anciens équipiers. "Les problèmes existaient déjà à mon époque et la situation n'a pas vraiment changé. Il est temps que M. Duchâtelet parte. Etre un grand homme d'affaires ne veut pas nécessairement dire être un grand dirigeant de club. Le football est un monde à part en terme de gestion et il ne l'a pas compris."

Réginald Goreux en appelle même "à l'investissement de tous" car la vitalité du club pèse "sur la ville et son dynamisme. On doit recentrer le débat sur l'aspect sportif avec un véritable projet même s'il ne sera pas facile de trouver un deuxième Lucien D'Onofrio sauf si celui-ci revient aux affaires."

Contacté par les responsables du projet socios il y a une semaine, l'ancien joueur de Sclessin a directement accepté de devenir le parrain du projet. "Je le soutiens vivement et je vais en parler à d'anciens équipiers. Je pense que Sébastien Pocognoli sera partie prenante. J'en toucherai aussi un mot à Steven Defour et à d'autres", a-t-il conclu avant de rejoindre le camp d'entraînement de Samara en Autriche.

Les responsables du projet ajoutent que d'autres grandes figures du Standard ont déjà été contactées.

François Fornieri étonné de voir son nom cité pour une éventuelle reprise du Standard

François Fornieri, l'administrateur-délégué et fondateur de Mithra Pharmaceuticals, était désigné depuis une semaine par plusieurs médias comme principal candidat intéressé par une éventuelle reprise du Standard de Liège, suite à l'annonce faite par l'actuel propriétaire Roland Duchâtelet d'une possible vente du club de football. De retour de voyage d'affaires, Fornieri a manifesté son étonnement de voir son nom cité à maintes reprises dans les médias "alors qu'aucun contact n'avait eu lieu avec lui à ce sujet avant ou après l'annonce par Roland Duchâtelet", indiquait jeudi un communiqué de sa société. "Il confirme qu'il n'est à priori pas intéressé par une reprise du club mais qu'il pourrait néanmoins envisager une éventuelle participation à un possible tour de table si celui-ci était la solution retenue pour une reprise du Standard", explique le communiqué qui ajoute que l'homme d'affaires ne prendra cependant aucune initiative à ce sujet, démentant ainsi être "à la manoeuvre" d'une éventuelle reprise, comme le prétendent certains.

Fornieri, élu Manager de l'Année en 2011, rappelle et s'étonne aussi que sa société Mithra avait resigné il y a à peine 10 jours un accord de partenariat avec Duchâtelet et le Standard pour les 5 saisons à venir, avant de prévenir les médias qu'il ne souhaite pas s'exprimer davantage sur la question.

Il a marqué le coup ce jeudi en souscrivant des parts et réclame clairement le départ de Roland Duchâtelet. "Il est temps qu'il parte afin que tout le monde retrouve du plaisir", a-t-il d'ailleurs déclaré en marge de la conférence de presse. Reginald Goreux, qui suit encore l'actualité du Standard, ne reconnaît plus son club. Présent durant 18 mois sous l'ère Duchâtelet, l'ancien capitaine des Rouches dit comprendre la détresse des supporters et de ses anciens équipiers. "Les problèmes existaient déjà à mon époque et la situation n'a pas vraiment changé. Il est temps que M. Duchâtelet parte. Etre un grand homme d'affaires ne veut pas nécessairement dire être un grand dirigeant de club. Le football est un monde à part en terme de gestion et il ne l'a pas compris." Réginald Goreux en appelle même "à l'investissement de tous" car la vitalité du club pèse "sur la ville et son dynamisme. On doit recentrer le débat sur l'aspect sportif avec un véritable projet même s'il ne sera pas facile de trouver un deuxième Lucien D'Onofrio sauf si celui-ci revient aux affaires." Contacté par les responsables du projet socios il y a une semaine, l'ancien joueur de Sclessin a directement accepté de devenir le parrain du projet. "Je le soutiens vivement et je vais en parler à d'anciens équipiers. Je pense que Sébastien Pocognoli sera partie prenante. J'en toucherai aussi un mot à Steven Defour et à d'autres", a-t-il conclu avant de rejoindre le camp d'entraînement de Samara en Autriche. Les responsables du projet ajoutent que d'autres grandes figures du Standard ont déjà été contactées. François Fornieri étonné de voir son nom cité pour une éventuelle reprise du Standard François Fornieri, l'administrateur-délégué et fondateur de Mithra Pharmaceuticals, était désigné depuis une semaine par plusieurs médias comme principal candidat intéressé par une éventuelle reprise du Standard de Liège, suite à l'annonce faite par l'actuel propriétaire Roland Duchâtelet d'une possible vente du club de football. De retour de voyage d'affaires, Fornieri a manifesté son étonnement de voir son nom cité à maintes reprises dans les médias "alors qu'aucun contact n'avait eu lieu avec lui à ce sujet avant ou après l'annonce par Roland Duchâtelet", indiquait jeudi un communiqué de sa société. "Il confirme qu'il n'est à priori pas intéressé par une reprise du club mais qu'il pourrait néanmoins envisager une éventuelle participation à un possible tour de table si celui-ci était la solution retenue pour une reprise du Standard", explique le communiqué qui ajoute que l'homme d'affaires ne prendra cependant aucune initiative à ce sujet, démentant ainsi être "à la manoeuvre" d'une éventuelle reprise, comme le prétendent certains. Fornieri, élu Manager de l'Année en 2011, rappelle et s'étonne aussi que sa société Mithra avait resigné il y a à peine 10 jours un accord de partenariat avec Duchâtelet et le Standard pour les 5 saisons à venir, avant de prévenir les médias qu'il ne souhaite pas s'exprimer davantage sur la question.