"Je pense qu'on a surtout peur des effets secondaires. L'idée que les supporters se rassemblent dans des endroits secrets pour soutenir leur équipe, on aurait donc des rassemblements clandestins qui pourraient être des lieux de propagation du virus". La porte est finalement entrouverte, après que la fin de la saison ait semblé avoir été sonnée par le Conseil d'administration de la Pro League le 2 avril. Une première en Europe. La recommandation n'a toujours pas été entérinée par l'Assemblée générale dans l'attente de décisions gouvernementales sur l'organisation des manifestations sportives en Belgique. D'abord prévu le 15 avril puis le 24 avril, l'AG a été de nouveau reportée au lundi 27 avril (16h00) mais le vote sera remis à plus tard, parce que le Conseil national de sécurité n'a pas encore pris de décision sur le football. En principe, les autorités doivent imposer une interdiction de poursuivre la compétition - comme cela s'est produit aux Pays-Bas - sinon l'UEFA menace de ne pas donner son accord à cet arrêt et de prendre des sanctions. La situation financière est également de plus en plus incertaine pour le football belge, car les titulaires de droits télé demandent un remboursement proportionnel des droits de télévision déjà payés. Les clubs professionnels dépendent dans une large mesure de l'argent de la télévision. Le contrat de télévision actuel, qui expire cette saison, a procuré aux clubs un revenu annuel d'environ 80 millions d'euros. Cette somme a déjà été versée en totalité par les titulaires de droits sur un compte de la Pro League. Celle-ci a déjà redistribué les trois quarts de ce montant à ses clubs. Les titulaires de droits souhaitent récupérer la dernière tranche de 20 millions d'euros (ou au moins une partie de celle-ci). (Belga)

"Je pense qu'on a surtout peur des effets secondaires. L'idée que les supporters se rassemblent dans des endroits secrets pour soutenir leur équipe, on aurait donc des rassemblements clandestins qui pourraient être des lieux de propagation du virus". La porte est finalement entrouverte, après que la fin de la saison ait semblé avoir été sonnée par le Conseil d'administration de la Pro League le 2 avril. Une première en Europe. La recommandation n'a toujours pas été entérinée par l'Assemblée générale dans l'attente de décisions gouvernementales sur l'organisation des manifestations sportives en Belgique. D'abord prévu le 15 avril puis le 24 avril, l'AG a été de nouveau reportée au lundi 27 avril (16h00) mais le vote sera remis à plus tard, parce que le Conseil national de sécurité n'a pas encore pris de décision sur le football. En principe, les autorités doivent imposer une interdiction de poursuivre la compétition - comme cela s'est produit aux Pays-Bas - sinon l'UEFA menace de ne pas donner son accord à cet arrêt et de prendre des sanctions. La situation financière est également de plus en plus incertaine pour le football belge, car les titulaires de droits télé demandent un remboursement proportionnel des droits de télévision déjà payés. Les clubs professionnels dépendent dans une large mesure de l'argent de la télévision. Le contrat de télévision actuel, qui expire cette saison, a procuré aux clubs un revenu annuel d'environ 80 millions d'euros. Cette somme a déjà été versée en totalité par les titulaires de droits sur un compte de la Pro League. Celle-ci a déjà redistribué les trois quarts de ce montant à ses clubs. Les titulaires de droits souhaitent récupérer la dernière tranche de 20 millions d'euros (ou au moins une partie de celle-ci). (Belga)