Les Belges prennent la médaille d'argent pour la deuxième année consécutive, après celle décrochée en octobre dernier à Venise, derrière l'Autriche. Les huit équipages en lice se sont élancés à 15h35 depuis Gênes, direction la Corse, pour ensuite contourner plusieurs îles italiennes avant de revenir le long des côtes d'Italie. Les Français Marie Riou (vainqueur de la Volvo Ocean Race, des JO de Londres 2012 et de Rio 2016 en match-racing) et Benjamin Schwartz (victorieux aussi de la Volvo Ocean race) se sont imposés, tandis que l'Espagne, avec Iker Martinez (médaillé olympique à Pékin en 2008 et à Athènes en 2004 en 49er) et Natalia Dufresne (médaillée olympique en Grèce aussi en 470) prend la médaille de bronze. "Je suis très heureuse mais très fatiguée ! Il y a eu une très belle bataille sur la fin avec la France et l'Espagne", déclare Sophie Faguet. "Je dois dire que se battre en régate avec Marie Riou et Iker Martinez, c'est quand même du haut niveau", dit de son côté Jonas Gerckens. "C'était très éprouvant car il y avait des petits airs durant toute la course. Il a fallu faire de gros choix stratégiques et à d'autres moments compter un peu sur la loterie de la météo. On a plutôt bien tricoté tout au long de cette régate. Il faudra revenir pour la médaille d'or, mais là on est très content ! ". Cette course de trois jours et trois nuits est calquée sur le modèle olympique prévu pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024. La course au large en double mixte fera, en effet, son entrée aux JO 2024 pour la première fois de l'histoire des Jeux. Tout comme l'épreuve de Paris, l'Euro de course au large a emmené les skippers des différentes nations sur des bateaux similaires. (Belga)

Les Belges prennent la médaille d'argent pour la deuxième année consécutive, après celle décrochée en octobre dernier à Venise, derrière l'Autriche. Les huit équipages en lice se sont élancés à 15h35 depuis Gênes, direction la Corse, pour ensuite contourner plusieurs îles italiennes avant de revenir le long des côtes d'Italie. Les Français Marie Riou (vainqueur de la Volvo Ocean Race, des JO de Londres 2012 et de Rio 2016 en match-racing) et Benjamin Schwartz (victorieux aussi de la Volvo Ocean race) se sont imposés, tandis que l'Espagne, avec Iker Martinez (médaillé olympique à Pékin en 2008 et à Athènes en 2004 en 49er) et Natalia Dufresne (médaillée olympique en Grèce aussi en 470) prend la médaille de bronze. "Je suis très heureuse mais très fatiguée ! Il y a eu une très belle bataille sur la fin avec la France et l'Espagne", déclare Sophie Faguet. "Je dois dire que se battre en régate avec Marie Riou et Iker Martinez, c'est quand même du haut niveau", dit de son côté Jonas Gerckens. "C'était très éprouvant car il y avait des petits airs durant toute la course. Il a fallu faire de gros choix stratégiques et à d'autres moments compter un peu sur la loterie de la météo. On a plutôt bien tricoté tout au long de cette régate. Il faudra revenir pour la médaille d'or, mais là on est très content ! ". Cette course de trois jours et trois nuits est calquée sur le modèle olympique prévu pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024. La course au large en double mixte fera, en effet, son entrée aux JO 2024 pour la première fois de l'histoire des Jeux. Tout comme l'épreuve de Paris, l'Euro de course au large a emmené les skippers des différentes nations sur des bateaux similaires. (Belga)