Pour se préparer, Campenaerts est notamment parti en Namibie. Après avoir disputé une course par étapes à la mi-mars, Tirreno-Adriatico, où il a remporté le chrono, Campenaerts a rejoint le Mexique avec sa petite équipe fin mars. "Mon corps est complètement prêt", a-t-il confié à l'approche du jour J. "Mentalement, je suis de raisonnablement à très détendu en raison de la préparation parfaite. Mon planning est méticuleux. En attendant, mon corps est aussi parfaitement adapté au biorythme particulier : se lever à 5 heures du matin et s'endormir à 20 heures, c'est du gâteau pour l'instant." Si sa condition est excellente, Campenaerts aura besoin d'un corps parfaitement réglé pour réussir son défi. "L'entraînement intensif est terminé, il s'agit de continuer à stimuler les muscles. Quant à la nutrition, je suis en train d'engranger du carbo, en mangeant autant d'hydrates de carbone que possible. Les graisses, les fibres et les protéines sont presque éliminées, mais même pour un effort de 60 minutes, mes muscles doivent être complètement chargés, ce qui est au moins aussi important que pour les coureurs de classiques de Paris-Roubaix. Je dois absorber 10 à 12 grammes d'hydrates de carbone par kilogramme de poids corporel pendant une journée pour remplir mon réservoir", a-t-il expliqué. Un défi logistique sera de lui transmettre ses chronos car les oreillettes ne sont pas autorisées pour ces tentatives. "Nous avons pu rechercher l'endroit idéal pour Kevin (De Weert, ndlr) de se poster avec la tablette utilisée pour transmettre les temps au tour. Nous avons également convenu de signaux qui me permettront de savoir si je suis dans les temps ou pas." Campenaerts pourrait devenir le quatrième Belge à établir le record de l'heure après Oscar Van den Eynde en 1897, Ferdinand Bracke en 1967 et Eddy Merckx en 1972. Le 'Cannibale' avait aussi choisi le Mexique, la capitale Mexico plus précisément, pour son record. Bradley Wiggins avait lui opté pour le Vélodrome de Manchester, où il a établi sa marque, 54,526 kilomètres. Beau joueur, le Britannique a confié qu'il ne verrait pas d'un mauvais ?il que son record soit battu par Campenaerts. "Ce serait bon pour le sport. Mon record a déjà quatre ans. Ce serait bien qu'il l'améliore. J'ai eu mon temps", avait-il déclaré fin février. (Belga)

Pour se préparer, Campenaerts est notamment parti en Namibie. Après avoir disputé une course par étapes à la mi-mars, Tirreno-Adriatico, où il a remporté le chrono, Campenaerts a rejoint le Mexique avec sa petite équipe fin mars. "Mon corps est complètement prêt", a-t-il confié à l'approche du jour J. "Mentalement, je suis de raisonnablement à très détendu en raison de la préparation parfaite. Mon planning est méticuleux. En attendant, mon corps est aussi parfaitement adapté au biorythme particulier : se lever à 5 heures du matin et s'endormir à 20 heures, c'est du gâteau pour l'instant." Si sa condition est excellente, Campenaerts aura besoin d'un corps parfaitement réglé pour réussir son défi. "L'entraînement intensif est terminé, il s'agit de continuer à stimuler les muscles. Quant à la nutrition, je suis en train d'engranger du carbo, en mangeant autant d'hydrates de carbone que possible. Les graisses, les fibres et les protéines sont presque éliminées, mais même pour un effort de 60 minutes, mes muscles doivent être complètement chargés, ce qui est au moins aussi important que pour les coureurs de classiques de Paris-Roubaix. Je dois absorber 10 à 12 grammes d'hydrates de carbone par kilogramme de poids corporel pendant une journée pour remplir mon réservoir", a-t-il expliqué. Un défi logistique sera de lui transmettre ses chronos car les oreillettes ne sont pas autorisées pour ces tentatives. "Nous avons pu rechercher l'endroit idéal pour Kevin (De Weert, ndlr) de se poster avec la tablette utilisée pour transmettre les temps au tour. Nous avons également convenu de signaux qui me permettront de savoir si je suis dans les temps ou pas." Campenaerts pourrait devenir le quatrième Belge à établir le record de l'heure après Oscar Van den Eynde en 1897, Ferdinand Bracke en 1967 et Eddy Merckx en 1972. Le 'Cannibale' avait aussi choisi le Mexique, la capitale Mexico plus précisément, pour son record. Bradley Wiggins avait lui opté pour le Vélodrome de Manchester, où il a établi sa marque, 54,526 kilomètres. Beau joueur, le Britannique a confié qu'il ne verrait pas d'un mauvais ?il que son record soit battu par Campenaerts. "Ce serait bon pour le sport. Mon record a déjà quatre ans. Ce serait bien qu'il l'améliore. J'ai eu mon temps", avait-il déclaré fin février. (Belga)