Malheureusement pour les deux Belges ce rêve s'est envolé dès l'arrivée de la première spéciale Arena Panzerplatte, longue de seulement 2,87 km, mais fatale pour la roue arrière gauche de la Hyundai i20 n°5 qui menaçait de se détacher. "Dire que cette abandon constitue une déception est un euphémisme", avoue Neuville. "On espérait tellement signer un bon résultat ce week-end, et pas seulement en fonction de notre position au championnat. L'équipe considère qu'elle joue à domicile sur ce Rallye d'Allemagne, et c'était en soi une raison déjà suffisante pour avoir très envie de le gagner..." L'abandon ? "Il était inévitable", explique Neuville. "On a roulé sur quelque chose dans un virage de la première spéciale, et nous avons endommagé la suspension au niveau de la roue arrière-gauche. C'était irréparable. Je connaissais pourtant bien ce virage assez lent. Je ne m'attendais pas à de tels dégâts..." Mais il n'est pas question d'abandonner. "Les mécanos ont travaillé très dur pour remettre la voiture en état et on fera tout pour empocher les cinq points de la powerstage dimanche. Ce sera à fond la caisse. Si on sort, on sort, et si on les prend, on les prend. Il reste trois rallyes (Espagne, Grande-Bretagne et Australie, ndlr), et par conséquent toujours une chance de gagner le championnat. Beaucoup de choses peuvent encore se passer, et je continue en tout cas à y croire. Ce serait bien, pour commencer, que Mikkelsen reste entre les deux Ford Fiesta de Tänak et Ogier...", conclut-il. (Belga)

Malheureusement pour les deux Belges ce rêve s'est envolé dès l'arrivée de la première spéciale Arena Panzerplatte, longue de seulement 2,87 km, mais fatale pour la roue arrière gauche de la Hyundai i20 n°5 qui menaçait de se détacher. "Dire que cette abandon constitue une déception est un euphémisme", avoue Neuville. "On espérait tellement signer un bon résultat ce week-end, et pas seulement en fonction de notre position au championnat. L'équipe considère qu'elle joue à domicile sur ce Rallye d'Allemagne, et c'était en soi une raison déjà suffisante pour avoir très envie de le gagner..." L'abandon ? "Il était inévitable", explique Neuville. "On a roulé sur quelque chose dans un virage de la première spéciale, et nous avons endommagé la suspension au niveau de la roue arrière-gauche. C'était irréparable. Je connaissais pourtant bien ce virage assez lent. Je ne m'attendais pas à de tels dégâts..." Mais il n'est pas question d'abandonner. "Les mécanos ont travaillé très dur pour remettre la voiture en état et on fera tout pour empocher les cinq points de la powerstage dimanche. Ce sera à fond la caisse. Si on sort, on sort, et si on les prend, on les prend. Il reste trois rallyes (Espagne, Grande-Bretagne et Australie, ndlr), et par conséquent toujours une chance de gagner le championnat. Beaucoup de choses peuvent encore se passer, et je continue en tout cas à y croire. Ce serait bien, pour commencer, que Mikkelsen reste entre les deux Ford Fiesta de Tänak et Ogier...", conclut-il. (Belga)