L'opposition était sur le papier très alléchante entre l'ogre de l'ocre et le droitier de Buenos Aires, finaliste à Rome il y a quelques semaines après avoir battu Nadal pour la première fois sur le circuit. Pour se hisser dans le dernier carré à Paris, une première en Grand Chelem pour lui, Schwartzman a triomphé mardi d'une bataille homérique de 5h08 contre Dominic Thiem, récent vainqueur de l'US Open. Si le tout premier jeu du match, long de 14 minutes, augurait pourtant un énorme combat, Nadal a annihilé les velléités offensives de son adversaire. Coupable de moins de fautes directes et auteur de davantage de coups gagnants, le duodécuple vainqueur à la Porte d'Auteuil a empoché les deux premiers sets sur le score de 6-3. Semblant prendre l'ascendant sur Schwartzman, notamment physiquement, Nadal a profité du quatrième jeu du troisième set pour signer un retentissant break blanc (3-1). Jusque-là loin du niveau affiché à Rome, l'Argentin a pourtant fait douter l'Espagnol en revenant à (4-4) avant de le pousser au jeu décisif. Appliqué, notamment en défense, Nadal a profité des nombreuses erreurs de son adversaire pour remporter facilement ce tie break (7-0) et ainsi valider son ticket pour la finale. Dans la foulée, le N.1 mondial serbe Novak Djokovic défiera le Grec Stefanos Tsitsipas (ATP 6) dans un duel qui sent la poudre. S'il s'impose dimanche, Nadal affichera le bilan ahurissant de 100 victoires pour seulement 2 défaites à Roland-Garros. Outre son incroyable ratio parisien, le Taureau de Manacor voudra assurément rejoindre le Suisse Roger Federer au zénith de l'histoire du tennis. En effet, une 13e Coupe des Mousquetaires constituerait un 20e sacre en Grand Chelem, permettant à Rafael Nadal d'égaler le Bâlois. (Belga)

L'opposition était sur le papier très alléchante entre l'ogre de l'ocre et le droitier de Buenos Aires, finaliste à Rome il y a quelques semaines après avoir battu Nadal pour la première fois sur le circuit. Pour se hisser dans le dernier carré à Paris, une première en Grand Chelem pour lui, Schwartzman a triomphé mardi d'une bataille homérique de 5h08 contre Dominic Thiem, récent vainqueur de l'US Open. Si le tout premier jeu du match, long de 14 minutes, augurait pourtant un énorme combat, Nadal a annihilé les velléités offensives de son adversaire. Coupable de moins de fautes directes et auteur de davantage de coups gagnants, le duodécuple vainqueur à la Porte d'Auteuil a empoché les deux premiers sets sur le score de 6-3. Semblant prendre l'ascendant sur Schwartzman, notamment physiquement, Nadal a profité du quatrième jeu du troisième set pour signer un retentissant break blanc (3-1). Jusque-là loin du niveau affiché à Rome, l'Argentin a pourtant fait douter l'Espagnol en revenant à (4-4) avant de le pousser au jeu décisif. Appliqué, notamment en défense, Nadal a profité des nombreuses erreurs de son adversaire pour remporter facilement ce tie break (7-0) et ainsi valider son ticket pour la finale. Dans la foulée, le N.1 mondial serbe Novak Djokovic défiera le Grec Stefanos Tsitsipas (ATP 6) dans un duel qui sent la poudre. S'il s'impose dimanche, Nadal affichera le bilan ahurissant de 100 victoires pour seulement 2 défaites à Roland-Garros. Outre son incroyable ratio parisien, le Taureau de Manacor voudra assurément rejoindre le Suisse Roger Federer au zénith de l'histoire du tennis. En effet, une 13e Coupe des Mousquetaires constituerait un 20e sacre en Grand Chelem, permettant à Rafael Nadal d'égaler le Bâlois. (Belga)