1 Explosion de buts

L'Hôtel Stayen figure dans le dossier d'enquête... sur les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles : Khalid El Bakraoui, le kamikaze du métro Maelbeek, y a logé trois mois plus tôt, le 21 décembre 2015. Les enquêteurs l'ont localisé pour un coup de fil passé de sa chambre, sous son pseudo habituel " Mehdi Vandenbus " : l'intéressé appelait le central Lampiris pour une facture d'électricité concernant la cache forestoise des terroristes.
...

L'Hôtel Stayen figure dans le dossier d'enquête... sur les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles : Khalid El Bakraoui, le kamikaze du métro Maelbeek, y a logé trois mois plus tôt, le 21 décembre 2015. Les enquêteurs l'ont localisé pour un coup de fil passé de sa chambre, sous son pseudo habituel " Mehdi Vandenbus " : l'intéressé appelait le central Lampiris pour une facture d'électricité concernant la cache forestoise des terroristes. " Les fiches de notre Réception ont pu renseigner les enquêteurs... même si on aurait préféré le faire avant le bain de sang ", glisse Roland Duchâtelet. Non, le terroriste n'était pas venu suivre un match des Canaris : ceux-ci disputaient la veille le derby à Genk (3-0). À moins qu'il n'ait fait escale pour tester les pom pom girls du Stayen, la piste de pétanque sous la tribune ou les fameux bals d'après-match où Roland brille à la valse ? Déçu comme souvent de son équipe, Roger Lambrecht se console avec son jardinier : Daknam a été désigné meilleure pelouse de D1, devant celles d'Ostende et Bruges - à croire que l'air iodé de la mer booste le brin d'herbe. C'est le dernier concours en date de la Pro League, imaginé en début de saison dans la foulée des assists et des clean-sheets. Consultés avant chaque match, les coaches et capitaines visiteurs ont donc attribué la cote de 44.75 sur 45 au semi-synthétique waeslandien. Avec un tel ratio, Peter Maes se sentirait presque menacé par le responsable-tonte local. Et surtout gêné d'y produire son usuel power-play de contre. À l'autre bout du classement gazonné, Courtrai est lanterne rouge avec le modeste score de 38,25 sur 45. C'était donc ça : Yannis Anastasiou voulait produire du tiki-taka. Mais les taupes éperonnées d'or ne l'ont pas admis. Julien de Sart a l'olfaction très développée. Évoquant son ex-collègue Kanu, il raconte que l'oiseau avait un jour... uriné dans le sauna rouche : " On a dû aérer une semaine et faire changer le carrelage. " Témoignant sur Mario Balotelli, croisé contre Nice, l'aîné des fistons retient... son parfum plus que ses buts : " Il met tellement d'eau de toilette que je le repérais au nez sur le terrain. "Les équipiers zultois n'ont pas son groin : avant la pause, Super Mario leur en a passé deux. Julien ne pouvait pas alerter : il était sur la banquette. Gilbert Bodart fait le ménage dans sa vie : sur sa page Facebook, il liquide tous les trophées de sa carrière. Et pas pour le pèze : " Je ne vends pas, je donne, il ne faut pas vivre de souvenirs, à un moment il faut tourner la page ", dit l'ex-portier. Qui n'oublie pas pour autant de glisser... qu'il est toujours candidat pour coacher un grand club. Gilbert vire vraiment tout : ses maillots, ses trophées, ses vieilles cassettes VHS... et même la fameuse assiette donnée aux vaincus de la petite finale pour le bronze à Mexico 86, perdue par les Diables face aux Bleus. " De ce Mondial, je ne garde qu'un vieux sombrero acheté sur place ", glisse Gil. Qui ne précise pas si sa collection recèle encore le trousseau des coffres des Grottes de Han. Malgré sa tribune neuve en verre avec resto 1.200 couverts et allée food-snacks de 27 m, c'est au zinc que l'Antwerp fait du chiffre. Contre Malines, les comptoirs du Bosuil ont troqué les chopes 25 cl pour des godets 33 cl : " C'est pour limiter les files aux bars, les spectateurs voient plus du match et on doit laver moins de gobelets ", dit un serveur. " Gand, Bruges et Waasland font pareil. Mais la Présidente des Psychiatres de Flandre dénonce : " Vider un verre est un automatisme social, les consommateurs iront aussi souvent au bar et boiront donc plus au final. " Un tour de D1 révèle d'ailleurs que les gars du Bosuil sont ceux qui éclusent le plus : 1,35 litre/match... soit 3 fois plus qu'à Anderlecht. " Chanter assèche la gorge ", dit un fan anversois. Après le Bayern, Hein Vanhaezebrouck sait vraiment pourquoi au Parc, personne, vraiment personne, ne chante... Réduit (au mieux) à la banquette sous René Weiler, Olivier Deschacht revit sous Hein Vanhaezebrouck, qui le fait jouer quand Kara boîte bas. Car même le foot par procuration, Oli l'avait perdu. Toujours la faute à ces jeunes assoiffés d'ambition : " J'étais fan de Playstation mais j'ai arrêté, Dendoncker m'a dégoûté, il m'a battu 20 fois de suite... à la dernière minute en plus ! " Alors, pour s'occuper, Oli... épouse son Annelies pour les 10 ans du couple, en présence des petits Elena et Luis. La cérémonie a eu lieu dans l'intimité de Destelbergen le 10 novembre, quand les Diables préparaient Belgique-Mexique et que tous les vilains journalistes étaient branchés sur Tubize. Encore heureux que Martinez n'avait pas sélectionné son Oli pour ce match. Briseur de mariage en plus de piètre tacticien, ç'aurait fait beaucoup pour l'Espagnol. Roberto Martinez a coutume de dire qu'il ratisse large ses troupes avant la Russie, mais à ce point.... Dans sa sélection des Diables Rouges, la Fédé a publié, quelques minutes durant, un drôle d'intrus entre les faciès de Youri Tielemans et de ThomasVermaelen : le dénommé... Joaquim Vandenheede, le 2e gardien actif à Halle-Gooik de futsal ! Le webmaster a dû foirer son double click dans les onglets. Ou alors ce farceur de Jacky Munaron, aujourd'hui coach des portiers hallois, a gardé ses codes de quand il était dans le staff Espoirs. Les Red Flames ont le vent en poupe... et le textile ad hoc : quelques semaines après les Diables, notre équipe dames dispose de son propre maillot, mais en modèle féminin cintré. Marre de porter les rebuts du modèle homme : " J'ai toujours nagé dans des maillots trop grands dessinés pour des garçons ", raconte Davina Philtjens, l'ailière de poche d'Ajax. La buteuse Tessa Wullaert révèle le truc qu'elle avait trouvé pour faire plus seyant : " Je retroussais le short le plus haut possible pour qu'il soit plus moulant et plus féminin. " Après le maillot personnalisé avec le nom imprimé dessus, place aussi aux grasses primes ? Pas sûr que le CEO fédéral aligne les négociations sur celles des Diables. Et au fait Damso, il nous écrit aussi un hymne full classe et respect pour nos jolies dribbleuses ? Méfiez-vous des tatoos traîtres : la semaine passée, le concierge du Beerschot a maîtrisé dans son appartement du Kiel un cambrioleur venu piquer... on ne sait trop quoi. Car le brave Ludo (66 ans) l'atteste, son agresseur est... un supporter local : " J'ai vu le blason du club tatoué sur son avant-bras. " Rat ou pas, la police a coffré l'oiseau. Parfois, le félon se camoufle mieux : un excité interpellé pour jets de pierres... et d'une poubelle sur la police lors d'un Charleroi-Standard était un fan... anderlechtois. Le gus, inconnu de la Cellule Foot car vierge de casier judiciaire, avait infiltré les rangs rouches pour mettre le brin : devant le juge de Liège, le voyou improvisé s'est écroulé... en larmes et avoué son obédience à Saint-Guidon - très vilain défaut à Liège. Tatouage ou pas, au final les deux histoires riment avec solide ardoise. Maël Lépicier a eu son week-end quasi tout pourri : l'ex-axial de Mons, actif en D1B à Roulers, est le cousin de... Jo-Wilfried Tsonga. Basé à Tournai, Lépicier a suivi vendredi à Lille le succès du germain contre SteveDarcis... avant de subir sa défaite dimanche contre DavidGoffin. Samedi, le Roularien avait lui-même bouffé la glaise face au Lierse. De passage dans son ex-stade, Eden Hazard n'est malheureusement pas apparenté à notre Steve. Dommage : avec ce boost, le saladier serait chez nous. Et LucasPouille, il a qui comme cousin ? PAR ERIK LIBOIS