Les stades belges sont des foyers de racisme. C'est ce qui ressort d'une enquête menée par le magazine Fan auprès de 1.020 amateurs flamands de football. Les résultats sont consternants : 20% des personnes sondées estiment qu'effectuer des campagnes contre le racisme équivaut à jeter l'argent par les fenêtres. Beaucoup de supporters belges ont le sentiment que les footballeurs noirs taclent plus agressivement que les blancs. Les cris de singe quand un joueur de couleur a le ballon ? Un quart des fans estime que ça fait partie du spectacle. " Incroyable ", commente l'attaquant guinéen Ibrahima Conte, qui joue en Belgique depuis six ans. " Je l'ai vécu, il y a quelques années, quand je jouais à Gand. Pelé Mboyo avait raté un penalty et nos propres supporters n'ont rien trouvé de mieux que de pousser des cris de singe. Jamais je ne me suis senti aussi humilié de ma vie. Ne me dites pas que lancer une banane à la tête d'un Africain n'est pas un acte de racisme pur et dur. Je trouve même ça plus blessant que d'entendre quelqu'un crier sale noir. "

Suite à l'entrée en fonction de dirigeants noirs, comme Dimitri Mbuyu, de managers de couleur comme Younous Oumouri et même de capitaines, tel Mbaye Leye, le football belge semblait pourtant prendre le bon chemin. Malheureusement, le racisme reste latent. On dit souvent que c'était pire dans le temps mais quand un supporter sur cinq considère que le mélange ethnique des Diables Rouges constitue un mauvais signal pour les jeunes, il y a quand même un problème.

Sur le terrain, le racisme ne semble pas poser problème. Conte: " Je ne me fais quand même pas d'illusions: des joueurs ne supportent pas les noirs mais au moins, ils gardent leur opinion pour eux. Kevin Constant, mon coéquipier en équipe nationale, a évolué en Italie pendant des années. Chaque week-end, il subissait les insultes de ses adversaires. "

Par Alain Eliasy

Les stades belges sont des foyers de racisme. C'est ce qui ressort d'une enquête menée par le magazine Fan auprès de 1.020 amateurs flamands de football. Les résultats sont consternants : 20% des personnes sondées estiment qu'effectuer des campagnes contre le racisme équivaut à jeter l'argent par les fenêtres. Beaucoup de supporters belges ont le sentiment que les footballeurs noirs taclent plus agressivement que les blancs. Les cris de singe quand un joueur de couleur a le ballon ? Un quart des fans estime que ça fait partie du spectacle. " Incroyable ", commente l'attaquant guinéen Ibrahima Conte, qui joue en Belgique depuis six ans. " Je l'ai vécu, il y a quelques années, quand je jouais à Gand. Pelé Mboyo avait raté un penalty et nos propres supporters n'ont rien trouvé de mieux que de pousser des cris de singe. Jamais je ne me suis senti aussi humilié de ma vie. Ne me dites pas que lancer une banane à la tête d'un Africain n'est pas un acte de racisme pur et dur. Je trouve même ça plus blessant que d'entendre quelqu'un crier sale noir. " Suite à l'entrée en fonction de dirigeants noirs, comme Dimitri Mbuyu, de managers de couleur comme Younous Oumouri et même de capitaines, tel Mbaye Leye, le football belge semblait pourtant prendre le bon chemin. Malheureusement, le racisme reste latent. On dit souvent que c'était pire dans le temps mais quand un supporter sur cinq considère que le mélange ethnique des Diables Rouges constitue un mauvais signal pour les jeunes, il y a quand même un problème.Sur le terrain, le racisme ne semble pas poser problème. Conte: " Je ne me fais quand même pas d'illusions: des joueurs ne supportent pas les noirs mais au moins, ils gardent leur opinion pour eux. Kevin Constant, mon coéquipier en équipe nationale, a évolué en Italie pendant des années. Chaque week-end, il subissait les insultes de ses adversaires. "Par Alain Eliasy