Les Français Jean-Louis Schlesser, le directeur de l'épreuve, et René Metge, le directeur sportif, ont concocté un parcours de 6.057 km dont 4.023 km sur les pistes africaines à majorité sablonneuses et dans les dunes. Un départ officiel a été donné dimanche de Monaco après les vérifications officielles pour un transfert vers le Maroc où sera disputé la première étape entre Nador et La Momie. Le vainqueur de l'an dernier en auto, le Liégeois Fabian Lurquin (co-pilote du Français Mathieu Serradori) n'est pas là. Il va disputer le Dakar au Pérou du 6 au 17 janvier. Après avoir disputé le Dakar 2017, le Bruxellois Gilles Vanderweyen, ancien joueur de tennis, qui aura 45 ans le 8 janvier, sera au départ en moto dans une catégorie où l'Italien Alessandro Botturi (Yamaha) est cité parmi les favoris avec le Norvégien Pal Anders Ullevalseter (KTM), double vainqueur de l'épreuve (2015 et 2016). En auto, les Buggy seront à suivre ainsi que le Japonais Kenjiro Shinozuka (Isuzu) qui effectue son retour sur la course, lui qui a remporté le Dakar en 1997. L'Italien Paolo Ceci (KTM) l'avait emporté l'an dernier en moto (il sera engagé en auto cette année) et le Néerlandais Gerard De Rooy en camion (Iveco). Chez les Belges encore, citons notamment le trio Noël Essers, Marc Lauwers et Johan Cooninx sur Man. "Avec plus d'un tiers du parcours renouvelé, l'équipe de l'Africa Eco Race a voulu mettre l'accent sur la navigation et le hors-piste, dans la plus pure tradition avec des bivouacs au milieu de nulle part", ont promis les organisateurs. Ce rallye tout terrain se veut un hommage au Paris-Dakar créé par Thierry Sabine à la fin des années 70. Au palmarès côté belge figurent aussi Martin Fonteyn en moto et Stéphane Henrard (auto classique) en 2013. (Belga)

Les Français Jean-Louis Schlesser, le directeur de l'épreuve, et René Metge, le directeur sportif, ont concocté un parcours de 6.057 km dont 4.023 km sur les pistes africaines à majorité sablonneuses et dans les dunes. Un départ officiel a été donné dimanche de Monaco après les vérifications officielles pour un transfert vers le Maroc où sera disputé la première étape entre Nador et La Momie. Le vainqueur de l'an dernier en auto, le Liégeois Fabian Lurquin (co-pilote du Français Mathieu Serradori) n'est pas là. Il va disputer le Dakar au Pérou du 6 au 17 janvier. Après avoir disputé le Dakar 2017, le Bruxellois Gilles Vanderweyen, ancien joueur de tennis, qui aura 45 ans le 8 janvier, sera au départ en moto dans une catégorie où l'Italien Alessandro Botturi (Yamaha) est cité parmi les favoris avec le Norvégien Pal Anders Ullevalseter (KTM), double vainqueur de l'épreuve (2015 et 2016). En auto, les Buggy seront à suivre ainsi que le Japonais Kenjiro Shinozuka (Isuzu) qui effectue son retour sur la course, lui qui a remporté le Dakar en 1997. L'Italien Paolo Ceci (KTM) l'avait emporté l'an dernier en moto (il sera engagé en auto cette année) et le Néerlandais Gerard De Rooy en camion (Iveco). Chez les Belges encore, citons notamment le trio Noël Essers, Marc Lauwers et Johan Cooninx sur Man. "Avec plus d'un tiers du parcours renouvelé, l'équipe de l'Africa Eco Race a voulu mettre l'accent sur la navigation et le hors-piste, dans la plus pure tradition avec des bivouacs au milieu de nulle part", ont promis les organisateurs. Ce rallye tout terrain se veut un hommage au Paris-Dakar créé par Thierry Sabine à la fin des années 70. Au palmarès côté belge figurent aussi Martin Fonteyn en moto et Stéphane Henrard (auto classique) en 2013. (Belga)