La dernière ascension du jour, celle de l'Erlaitz (4km à 10%), dont le sommet était situé à 20 kilomètres de l'arrivée, a vu Hermans revenir sur le groupe Roglic dans le final, dominant le sprint de la poursuite pour terminer neuvième de l'étape. "Je suis très heureux de ma journée. Astana ne semblait pas décidé à laisser partir une échappée aujourd'hui, et tout le monde était à la limite. On frôlait les 50 km/h dans les deux premières heures de course. Pour moi, l'option de partir tôt pour jouer la victoire d'étape était compliquée, car la dernière montée de l'Erlaitz est très dure", a confié Quinten Hermans dans un communiqué transmis par son équipe. "J'ai tout fait pour revenir dans les derniers kilomètres, car je savais que je pouvais bien figurer avec ma pointe de vitesse face à tous ces grimpeurs. Je suis donc satisfait de décrocher un top 10 pour l'équipe. Évidemment, je n'ai pas dit mon dernier mot. Je veux saisir chaque opportunité qui se présentera, que ce soit une victoire d'étape ou un maillot distinctif. Car la course au maillot à pois me fait envie, mais je reste réaliste, car je vais devoir composer avec des grimpeurs comme Pogacar. Le porter un jour serait déjà très bien." Quinten Hermans occupe la 30e place au classement général, et la deuxième du classement du meilleur grimpeur, à trois points du Slovène Tadej Pogacar. (Belga)

La dernière ascension du jour, celle de l'Erlaitz (4km à 10%), dont le sommet était situé à 20 kilomètres de l'arrivée, a vu Hermans revenir sur le groupe Roglic dans le final, dominant le sprint de la poursuite pour terminer neuvième de l'étape. "Je suis très heureux de ma journée. Astana ne semblait pas décidé à laisser partir une échappée aujourd'hui, et tout le monde était à la limite. On frôlait les 50 km/h dans les deux premières heures de course. Pour moi, l'option de partir tôt pour jouer la victoire d'étape était compliquée, car la dernière montée de l'Erlaitz est très dure", a confié Quinten Hermans dans un communiqué transmis par son équipe. "J'ai tout fait pour revenir dans les derniers kilomètres, car je savais que je pouvais bien figurer avec ma pointe de vitesse face à tous ces grimpeurs. Je suis donc satisfait de décrocher un top 10 pour l'équipe. Évidemment, je n'ai pas dit mon dernier mot. Je veux saisir chaque opportunité qui se présentera, que ce soit une victoire d'étape ou un maillot distinctif. Car la course au maillot à pois me fait envie, mais je reste réaliste, car je vais devoir composer avec des grimpeurs comme Pogacar. Le porter un jour serait déjà très bien." Quinten Hermans occupe la 30e place au classement général, et la deuxième du classement du meilleur grimpeur, à trois points du Slovène Tadej Pogacar. (Belga)