La formation belge pourra s'appuyer sur le Tchèque Zdenek Stybar, 2e en 2015 et 2017, Yves Lampaert, 3e en 2019, le Danois Kasper Asgreen, vainqueur du Tour des Flandres 2021, et le Français Florian Sénéchal, 6e en 2019. Tim Declercq, fidèle gregario, disputera lui son 8e Enfer du Nord. Les solides rouleurs que sont l'Italien Davide Ballerini et l'Allemand Jannik Steimle viennent compléter la sélection. Si l'équipe de Patrick Lefevere affiche 18 victoires cette saison, le plus haut total derrière UAE Emirates, elle connait des classiques flandriennes quelque peu décevantes. Le Monument nordiste réussit historiquement bien à l'équipe belge, qui l'a remporté à six reprises depuis 2005. "Nous avons de grands espoirs pour cette course, que nous allons entamer avec une bonne équipe. Ce sera la dernière classique flandrienne du printemps et nous affichons toujours confiance, motivation et combativité", a dit le directeur sportif Tom Steels, qui espère que la malchance va enfin tourner le dos à ses ouailles. "Nous visons un bon résultat et nous avons plusieurs coureurs pour faire la différence." Le vainqueur d'une édition qu'on annonce sèche et rapide sera connu après 257,2 kilomètres de course, dont 54,8 de secteurs pavés, entre Compiègne et le Roubaix. En 2021, l'Italien Sonny Colbrelli s'était imposé devant Florian Vermeersch et le Néerlandais Mathieu van der Poel. (Belga)

La formation belge pourra s'appuyer sur le Tchèque Zdenek Stybar, 2e en 2015 et 2017, Yves Lampaert, 3e en 2019, le Danois Kasper Asgreen, vainqueur du Tour des Flandres 2021, et le Français Florian Sénéchal, 6e en 2019. Tim Declercq, fidèle gregario, disputera lui son 8e Enfer du Nord. Les solides rouleurs que sont l'Italien Davide Ballerini et l'Allemand Jannik Steimle viennent compléter la sélection. Si l'équipe de Patrick Lefevere affiche 18 victoires cette saison, le plus haut total derrière UAE Emirates, elle connait des classiques flandriennes quelque peu décevantes. Le Monument nordiste réussit historiquement bien à l'équipe belge, qui l'a remporté à six reprises depuis 2005. "Nous avons de grands espoirs pour cette course, que nous allons entamer avec une bonne équipe. Ce sera la dernière classique flandrienne du printemps et nous affichons toujours confiance, motivation et combativité", a dit le directeur sportif Tom Steels, qui espère que la malchance va enfin tourner le dos à ses ouailles. "Nous visons un bon résultat et nous avons plusieurs coureurs pour faire la différence." Le vainqueur d'une édition qu'on annonce sèche et rapide sera connu après 257,2 kilomètres de course, dont 54,8 de secteurs pavés, entre Compiègne et le Roubaix. En 2021, l'Italien Sonny Colbrelli s'était imposé devant Florian Vermeersch et le Néerlandais Mathieu van der Poel. (Belga)