La plus grosse impression de ce début de saison, elle vient de Bruges. J'ai même la sensation que les objectifs du Club dépassent maintenant le cadre de la Belgique. Chez nous, le but était de devenir le numéro un sur la scène nationale, et il a été complètement atteint quand on regarde ces cinq dernières saisons, lors desquelles les Blauw en Zwart ont toujours terminé dans les deux premiers. Bruges sort aussi d'une bonne Ligue des Champions, ils ont vendu pour plus de 60 millions d'euros cet été, et voilà maintenant que Simon Mignolet arrive. C'est épatant.

Les nouveaux joueurs ont impressionné d'emblée. Devant, David Okereke est entré dans l'équipe sans le moindre souci, on dirait même qu'il a déjà fait oublier Wesley. Il ne met pas seulement des buts, il a aussi une bonne vision du jeu, il semble plus complet que le Brésilien. Tout le monde a déjà oublié les 8 millions qu'il a coûté, alors que c'est un record pour Bruges. Quand je le vois jouer, je me dis qu'il a toutes les qualités pour être vendu bien plus que 25 millions d'euros dans quelques années.

C'est toujours plus facile de rentrer dans une équipe qui tourne déjà, mais les débuts de Percy Tau et de Simon Deli m'ont aussi impressionné. Le défenseur est encore plus impressionnant physiquement et meilleur balle au pied que Stefano Denswil, même s'il faut reconnaître qu'il n'a pas encore vraiment été testé défensivement. Au niveau du recrutement, le Club est devenu l'exemple à suivre pour tous les autres clubs belges.

La concurrence semble un ton en-dessous. L'an dernier, Bruges et Genk étaient hors-catégorie mais cette année, les Limbourgeois montrent déjà des signes que la saison sera plus difficile. Les départs de Ruslan Malinovskyi et Leandro Trossard ne sont pas anodins alors qu'à Bruges, les hommes forts sont restés, les départs ont été remplacés par des joueurs qui semblent déjà meilleurs et les dirigeants ont amené un coach qui connaît déjà la maison. Bart Verhaeghe et Vincent Mannaert pensent aux droits télé, négocient en coulisses pour une BeneLeague... On voit qu'ils pensent déjà au-delà des frontières du pays.

Sur la scène belge, leurs concurrents seront peut-être le Standard et l'Antwerp. À Liège, Michel Preud'homme a installé une équipe plus équilibrée, à son image, avec des bons transferts et une concurrence qui ne permet plus à certains d'être seulement à 60 ou 70% et d'être quand même sur le terrain. Au Bosuil, Laszlo Bölöni commence sa troisième saison et on dirait que le jeu va être plus ambitieux, avec un pressing plus haut. On peut aussi ajouter Gand, qui s'est bien renforcé et est bien parti, mais Bruges donne quand même l'impression d'être au-dessus de la mêlée.

Je me demande déjà si, pour la première fois, on retrouvera en play-offs 1 les six mêmes équipes que l'an dernier. La question principale concerne Anderlecht. Les Mauves sont actuellement dans une période qui demande de la patience. Depuis le début de la préparation, on a beaucoup parlé de la tactique, de la philosophie de jeu instaurée par Vincent Kompany. Mais il ne faut pas oublier que le football, c'est aussi la technique, le mental et le physique. Sur ces points-là, le Sporting me semble encore très loin de là où il doit arriver. Physiquement, surtout, il y a de gros problèmes. Certains jeunes ne sont pas encore prêts pour tenir pendant nonante minutes l'intensité d'un match de D1, et les recrues sont parfois à court de forme, comme Samir Nasri ou Philippe Sandler. S'il y a du travail sur le plan tactique, il y en a au moins autant sur le plan physique.

Anderlecht a huit mois pour être en play-offs 1, et je pense qu'ils seront nécessaires pour y parvenir. Ils auront bien besoin de ce délai pour être prêts. D'ici là, se faire une place parmi les six premiers doit être leur objectif.