La consigne a des airs de refrain connu. Quel coach n'a jamais demandé à ses joueurs de faire voyager le ballon? Sur les pelouses belges, lors des deux dernières saisons, la sphère a parcouru en moyenne 17,94 kilomètres par rencontre lors des possessions de l'une des deux équipes au cours du match. C'est ce qui ressort des chiffres du CIES, l'observatoire du football, qui calcule dans sa lettre hebdomadaire le nombre de kilomètres parcourus par le ballon pendant les phases de possession, en cumulant la distance de toutes les passes réussies au cours d'une rencontre.

À ce petit jeu, le championnat belge n'occupe que la septième place parmi les championnats du top 10 européen. Emmené par la Bundesliga (19,22 kilomètres), ce classement particulier place les Belges assez loin d'un podium complété par les Néerlandais (18,96 km par match en Eredivisie) et les Anglais (18,84 en Premier League). Russes, Italiens et Français devancent encore notre championnat, qui précède cependant la Liga, pourtant longtemps considérée comme le royaume de la passe. Une question d'intensité, sans doute.

Au classement particulier des clubs belges, c'est l'ogre brugeois qui mène la danse, avec un voyage d'un peu plus de dix kilomètres (10,2) offert au ballon à chaque rencontre. Les Blauw en Zwart sont suivis par Anderlecht (9,9), Gand (9,7) et Genk (9,6) au sein d'un top 5 étonnamment complété par Courtrai (9,5).

Il faut descendre jusqu'à la deuxième partie du classement pour trouver la trace du Standard (dixième avec 8,9 kilomètres), et encore plus bas pour le jeu très direct et vertical de Charleroi (8,3 kilomètres, quatorzième) au sein d'un classement bouclé par Ostende (7,8).

La consigne a des airs de refrain connu. Quel coach n'a jamais demandé à ses joueurs de faire voyager le ballon? Sur les pelouses belges, lors des deux dernières saisons, la sphère a parcouru en moyenne 17,94 kilomètres par rencontre lors des possessions de l'une des deux équipes au cours du match. C'est ce qui ressort des chiffres du CIES, l'observatoire du football, qui calcule dans sa lettre hebdomadaire le nombre de kilomètres parcourus par le ballon pendant les phases de possession, en cumulant la distance de toutes les passes réussies au cours d'une rencontre.À ce petit jeu, le championnat belge n'occupe que la septième place parmi les championnats du top 10 européen. Emmené par la Bundesliga (19,22 kilomètres), ce classement particulier place les Belges assez loin d'un podium complété par les Néerlandais (18,96 km par match en Eredivisie) et les Anglais (18,84 en Premier League). Russes, Italiens et Français devancent encore notre championnat, qui précède cependant la Liga, pourtant longtemps considérée comme le royaume de la passe. Une question d'intensité, sans doute.Au classement particulier des clubs belges, c'est l'ogre brugeois qui mène la danse, avec un voyage d'un peu plus de dix kilomètres (10,2) offert au ballon à chaque rencontre. Les Blauw en Zwart sont suivis par Anderlecht (9,9), Gand (9,7) et Genk (9,6) au sein d'un top 5 étonnamment complété par Courtrai (9,5). Il faut descendre jusqu'à la deuxième partie du classement pour trouver la trace du Standard (dixième avec 8,9 kilomètres), et encore plus bas pour le jeu très direct et vertical de Charleroi (8,3 kilomètres, quatorzième) au sein d'un classement bouclé par Ostende (7,8).