"Y'a mon chat qui est libre au cas où." C'est le post diffusé par un internaute sur nos réseaux après l'annonce, ce mardi matin, de la montée dans le groupe des Diables de Hannes Delcroix, le défenseur mauve déjà présent dans le noyau des Espoirs. Une façon d'ironiser sur le fait que depuis quelques mois, il suffirait à la limite de porter le maillot d'Anderlecht pour se faire une place chez Roberto Martinez. Que l'on soit en pleine bourre comme Jérémy Doku ou en méforme comme Yari Verschaeren.
...

"Y'a mon chat qui est libre au cas où." C'est le post diffusé par un internaute sur nos réseaux après l'annonce, ce mardi matin, de la montée dans le groupe des Diables de Hannes Delcroix, le défenseur mauve déjà présent dans le noyau des Espoirs. Une façon d'ironiser sur le fait que depuis quelques mois, il suffirait à la limite de porter le maillot d'Anderlecht pour se faire une place chez Roberto Martinez. Que l'on soit en pleine bourre comme Jérémy Doku ou en méforme comme Yari Verschaeren.Ce qui est sûr, c'est que Delcroix, 21 ans, traverse une bonne période avec le Sporting. Depuis quatre matches, le ticket gagnant dans l'axe de la défense, c'est Matt Miazga-Hannes Delcroix. Vincent Kompany a beaucoup cherché et chipoté avant ça, mais il semble maintenant avoir trouvé la bonne paire. Les grincheux signaleront que Delcroix n'était pas tout blanc, le week-end dernier, sur l'égalisation gantoise. Mais dans les autres matches, le duo était solide. Avec, comme première référence, la façon dont ils ont muselé la puissance offensive de l'Antwerp. Ce jour-là, Dieumerci Mbokani est passé inaperçu.Hannes Delcroix a longtemps été considéré comme un des meilleurs produits de Neerpede. Il s'illustrait par ses qualités défensives, mais aussi par des atouts physiques bien au-dessus de la moyenne. Là-bas, il a battu plusieurs records lors de tests. Avant d'en perdre quelques-uns quand Remco Evenepoel a débarqué. Ils sont toujours en contact et continuent de rigoler de cette lutte qu'ils se menaient autrefois.Voyant, durant l'été 2019, qu'il n'était pas encore aux portes de l'équipe A, Delcroix a demandé à être prêté. Il a alors évolué un an à Waalwijk, aux Pays-Bas, où il a laissé des bons souvenirs. Ce club aurait voulu prolonger la location il y a quelques mois, ou même l'acheter. Mais Delcroix a préféré rester à Bruxelles. Tout récemment, il a été interrogé sur ses ambitions internationales. Il pourrait jouer avec Haïti, le pays où il est né avant d'être adopté par un couple belge à l'âge de deux ans - il n'y a pas longtemps qu'il a rencontré sa mère biologique pour la première fois. Il a alors répondu qu'il ne pensait pas faire le choix posé autrefois par Réginal Goreux.Étant déjà Espoir belge, il rêvait secrètement de monter un jour dans le groupe des Diables. Cela se fait donc plus vite que prévu. Il ne vient officiellement qu'en dépannage, pour le match amical de mercredi contre la Suisse. Il retournera ensuite dans le noyau de Jacky Mathijssen pour jouer le match des Espoirs contre la Bosnie. Mais Martinez n'a pas l'habitude d'ignorer subitement des jeunes auxquels il a donné le goût de s'entraîner avec ses stars.