Sur le papier, le mariage a tout pour réussir. " Christian Kouamé est un jeune attaquant qui a déjà beaucoup d'expérience", a lancé le directeur sportif Peter Verbeke. "J'ai choisi Anderlecht parce que le jeu visé par Vincent Kompany me convient", a ajouté le joueur. "Vous avez tous vu ce qu'il nous a apporté ce soir", a embrayé le coach après les premières minutes en Mauve de l'Ivoirien, sur la pelouse de Genk.
...

Sur le papier, le mariage a tout pour réussir. " Christian Kouamé est un jeune attaquant qui a déjà beaucoup d'expérience", a lancé le directeur sportif Peter Verbeke. "J'ai choisi Anderlecht parce que le jeu visé par Vincent Kompany me convient", a ajouté le joueur. "Vous avez tous vu ce qu'il nous a apporté ce soir", a embrayé le coach après les premières minutes en Mauve de l'Ivoirien, sur la pelouse de Genk. Et surtout, si Kompany se réjouit de cette arrivée dans les derniers jours du mercato, c'est parce que pour la première fois depuis qu'il est entraîneur principal, il dispose de plus d'un vrai attaquant de pointe en qui il croit. Toute la saison passée, il n'avait que Lukas Nmecha et des plans B. Au début de ce championnat, il estimait que son seul tueur potentiel était Joshua Zirkzee. Et donc, enfin, il a deux hommes. En plus d'un Benito Raman qui est aussi susceptible de faire le taf tout devant. Qui est ce Kouamé culminant à 185 centimètres qui a fait toute sa formation en Italie, d'abord dans des clubs de seconde zone avant d'éclater avec le Genoa, puis de forcer un gros transfert à la Fiorentina? D'abord, c'est un joueur qui n'entre pas dans le moule de la majorité des footballeurs ivoiriens qu'on a vus chez nous, à Beveren et ailleurs. Ceux-là sortaient généralement de centres de formation réputés, puis entamaient leur carrière en Belgique. Rien de tout ça pour le nouveau Mauve. Lui, il a appris le foot dans la rue, sans vraie structure, et c'est là que des scouts l'ont repéré et amené en Italie quand il avait seize ans. Il a fait ses gammes en jeunes, a découvert la vie en club, a tâté de la Serie C puis de la Serie B. Il a aussi fait une pige de quelques mois chez les U19 de l'Inter, où il a joué avec Zinho Vanheusden et Senna Miangue. En 2018, Christian Kouamé a 21 ans, sa trajectoire s'emballe. Le Genoa met six millions sur la table pour l'arracher à Cittadella. Sa première saison en Serie A est encourageante, il met quelques buts et confirme, pour les Italiens, qu'il a un avenir au plus haut niveau. Le début de sa deuxième campagne est explosif, il a trouvé le rythme de croisière d'un vrai buteur. Mais en fin d'année 2019, c'est le crash: ligaments croisés explosés et le début d'une galère de huit mois. Qu'importe, il ne perd pas tout pendant cette période. Il en a fait assez pour convaincre les patrons de la Fiorentina. Pendant le mercato d'hiver, ils dépensent onze millions pour l'attirer chez eux. Une blinde pour un joueur gravement blessé. Les Toscans pensent qu'ils font une affaire en or parce que la valeur marchande du joueur, juste avant sa blessure, tournait autour de 22 millions. Entre-temps, on est loin de ce plafond. Parce que Kouamé sort d'une saison 2020-2021 assez triste avec les Florentins. Seulement deux buts marqués pour une pointe, c'est une misère. On entend en Italie qu'il n'a plus jamais affiché le niveau qu'il avait avant son opération. Il était réputé pour sa détente exceptionnelle, pour sa faculté à prendre le dessus qu'un ballon en hauteur arrivait dans sa zone. Mais ça, c'était avant. La Fiorentina n'a toutefois pas voulu inclure d'option d'achat dans son contrat de location à Anderlecht, preuve qu'on croit toujours en lui là-bas. Le joueur va donc vivre une saison charnière. À l'image de Joshua Zirkzee, que le Bayern ne veut pas lâcher définitivement, mais qui doit convaincre cette année pour rester dans les plans de son propriétaire. Le directeur sportif de la Fiorentina avait fait le forcing auprès de sa direction pour l'engager, déclarant à l'époque qu'il tenait là un attaquant exceptionnel, mais la confirmation n'a pas encore eu lieu. Il s'était réjoui publiquement que Christian Kouamé opte pour son projet alors qu'il y avait aussi de l'intérêt en Angleterre et dans des plus grands clubs italiens, comme la Juventus et Naples. Au bout du compte, la transaction s'était donc faite sur une base de onze millions, mais le prix pouvait grimper de plusieurs millions supplémentaires en fonction du nombre de matches joués. Une pression sur Kouamé et aussi sur ce directeur sportif. Avec sept buts marqués lors des cinq premières journées de championnat, Anderlecht est à la traîne. L'ombre de Lukas Nmecha plane toujours. Zirkzee a directement impressionné lors de ses débuts chez nous. Mais c'était contre Seraing et le Cercle Bruges. Dès que les choses sont devenues sérieuses, avec des adversaires d'un autre calibre comme Vitesse Arnhem et Genk, on ne l'a plus vu. Il est retombé dans une certaine nonchalance, un péché qu'on lui reprochait au Bayern. Vincent Kompany ne s'est pas encore exprimé sur ses futurs plans offensifs. Va-t-il associer Zirkzee et Kouamé, ou faire tourner? Quid de Benito Raman dans l'histoire? Entre-temps, Christian Kouamé a fait son entrée dans le giron de l'équipe nationale A. C'était juste avant sa blessure au genou. Il a fait quelques courtes apparitions, mais là aussi, il a pris du retard sur son programme. Il n'a pas été repris pour les derniers matches. Par contre, si vous avez pris la peine de vous lever pour regarder des matches aux derniers Jeux Olympiques, vous l'avez peut-être vu. Il a presque tout joué, jusqu'à l'élimination en quart de finale contre l'Espagne. Mais là aussi, il a du mal à confirmer sa réputation de buteur. Il n'a pas mis un ballon au fond lors de ces quatre matches. La dernière fois qu'il a marqué, c'était en janvier de cette année, en Coupe d'Italie contre l'Inter. L'équipe contre laquelle il a aussi mis son seul but en championnat la saison dernière. La Panthère, surnom donné par un ex-coéquipier, est à la relance.