Marc Degryse
Opinion

12/03/19 à 10:53 - Mise à jour à 11:32

Quelles raisons d'espérer pour Anderlecht?

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, la qualification européenne est un objectif réaliste pour Anderlecht, contrairement au titre.

Quelles raisons d'espérer pour Anderlecht?

Anderlecht. © BELGA

Enfin, ça s'est fait, Anderlecht a arraché son billet pour les play-offs 1. Au passif du Sporting, il y a toujours ce football qui n'est pas pétillant. À l'actif, il y a donc l'assurance de ne pas devoir se farcir des PO2, de ne pas avoir fait un résultat historiquement négatif. Il y a aussi la satisfaction de voir une équipe qui revit un peu.

Fred Rutten a accroché les PO1 en réinstallant un football fait de simplicité. Et il y a une équipe reconnaissable sur le terrain, de semaine en semaine, ça aussi c'est positif. Dans chaque match, on relève encore des erreurs grossières, mais au moins elles n'ont plus des conséquences dramatiques.

Dans les autres aspects positifs, il y a eu la nouvelle confirmation, dans le match du week-end dernier, que Thomas Didillon est une toute bonne pioche. Le seul transfert réussi de l'été, en fait. Et l'éclosion de Yari Verschaeren, au moins un joueur qui a typiquement l'ADN anderlechtois.

Maintenant, qu'est-ce que cette équipe peut faire dans les play-offs ? Normalement, on ne verra plus des joueurs paralysés par le stress de passer à côté. Ça devrait être une grosse pression en moins. Si Anderlecht rate une qualification européenne, ce sera historique. Mais je pense que la quatrième place est un objectif réaliste.

Dans l'état actuel, je limiterais la lutte pour le titre à trois clubs. Il y a deux candidats déclarés, Genk et Bruges. Et un outsider, le Standard. Un Standard qui est clairement plus loin qu'Anderlecht. À part ça, Anderlecht me semble mieux armé que l'Antwerp et que l'autre équipe qui se qualifiera le week-end prochain, Saint-Trond ou Gand. Je ne vois pas les Mauves jouer le titre mais je les vois aller une nouvelle fois en Coupe d'Europe au bout du compte.

Partager

" Anderlecht est moins fort que Genk, Bruges et le Standard, mais mieux armé que les autres pour arracher quand même une qualification européenne. "

Pour la fameuse finale de dimanche, je trouve que les Gantois sont dans une situation assez confortable. Un point leur suffit pour terminer devant Saint-Trond. Ils se sont bien redressés après leur zéro sur six un peu honteux contre Mouscron et Waasland-Beveren. C'était alors la panique là-bas mais l'équipe a su se remobiliser très vite pour faire le boulot contre le Standard, Zulte Waregem et Ostende. Ce neuf sur neuf ne pouvait pas mieux tomber.

Une qualification de Gand serait un terrible coup sur la tête pour Saint-Trond qui a passé la plus grande partie de la phase classique dans le Top 6. Échouer aussi près du but, ça ferait super mal. C'est peut-être le nul du week-end passé à Mouscron qui va tout conditionner. Et ce serait encore plus dommage de ne pas arriver à la qualification parce que Saint-Trond a fait un bon match au Canonnier, avec plein de grosses occasions de but.

Je n'ai même plus compté les phases sur lesquelles un Trudonnaire s'est retrouvé seul devant Jean Butez. Se créer autant de chances de but contre la meilleure équipe de 2019, ça confirme une nouvelle fois le niveau de l'équipe de Marc Brys. Contre Gand, ce sera un gros test mental. Tu joues ton dernier match chez toi et tu es obligé de le gagner, tout autre résultat serait un échec : il faut pouvoir gérer ça.

Si Gand se qualifie, on dira que c'est logique, vu la qualité de son noyau. Et on dira aussi que le football peut être injuste parce que Saint-Trond mériterait d'y être, vu son parcours jusqu'ici. Continuer à se battre pour les PO1 en ayant perdu deux de ses meilleurs joueurs en janvier... chapeau.

Tout en haut, je suis curieux de voir Genk sans Alejandro Pozuelo. Depuis qu'on a appris l'existence d'un problème avec lui, ce n'est plus la même équipe, qu'il ait été ou non sur le terrain. À l'heure actuelle, Philippe Clement n'a toujours pas trouvé la solution pour le remplacer, il continue à chercher. Il a beau dire que le titre n'est pas un must pour Genk, ce serait quand même une terrible déception de passer à côté après avoir eu autant de points d'avance sur toutes les autres bonnes équipes.

Clement voit que son équipe est désorientée sans le grand Pozuelo, et il voit maintenant que les Souliers d'Or de Bruges, Ruud Vormer et Hans Vanaken, retrouvent leur meilleur football. Et tout ça, ça doit le tracasser méchamment.