Depuis son repositionnement devant la défense par Karim Belhocine, Ryota Morioka est remonté au sommet de la hype. Plus haut, encore, que lors de sa période beverenoise, qui lui avait ouvert les portes d'Anderlecht. Le Japonais pourrait devenir l'une des attractions du prochain mercato. Mais un potentiel avenir hors de Charleroi ne devrait pas se dessiner en Belgique.

Lors du stage hivernal, Mehdi Bayat avait déjà expliqué que les hommes forts de son noyau étaient devenus impayables pour n'importe quel club belge. Malgré l'intérêt que suscitent Marco Ilaimaharitra et Nurio, l'administrateur-délégué des Zèbres tentera probablement de conserver l'essentiel de son noyau en vue de la campagne européenne qui se profile.

Seul l'âge (29 ans au mois d'avril) nuit à la valeur du Japonais, aujourd'hui évalué à trois millions par Transfermarkt. Amoureux du championnat espagnol, Morioka rêve toujours de Liga, mais son faible potentiel à la revente refroidit certainement quelques ardeurs.

Depuis son repositionnement devant la défense par Karim Belhocine, Ryota Morioka est remonté au sommet de la hype. Plus haut, encore, que lors de sa période beverenoise, qui lui avait ouvert les portes d'Anderlecht. Le Japonais pourrait devenir l'une des attractions du prochain mercato. Mais un potentiel avenir hors de Charleroi ne devrait pas se dessiner en Belgique.Lors du stage hivernal, Mehdi Bayat avait déjà expliqué que les hommes forts de son noyau étaient devenus impayables pour n'importe quel club belge. Malgré l'intérêt que suscitent Marco Ilaimaharitra et Nurio, l'administrateur-délégué des Zèbres tentera probablement de conserver l'essentiel de son noyau en vue de la campagne européenne qui se profile. Seul l'âge (29 ans au mois d'avril) nuit à la valeur du Japonais, aujourd'hui évalué à trois millions par Transfermarkt. Amoureux du championnat espagnol, Morioka rêve toujours de Liga, mais son faible potentiel à la revente refroidit certainement quelques ardeurs.