C'est dans les pages du journal madrilène Marca que le sélectionneur des Pays-Bas Ronald Koeman dégaine : "La Belgique a l'expérience du Mondial en Russie, et des joueurs à un niveau très élevé : Lukaku, Hazard, De Bruyne... Et aussi une bonne défense... Pour eux, c'est peut-être la dernière possibilité de gagner quelque chose, parce que vu l'âge de certains de leurs joueurs, ce sera peut-être leur dernier grand tournoi."

Un coup d'oeil sur les chiffres pourrait même faire penser que l'ancien manager d'Everton est optimiste pour ses voisins du sud. En remontant jusqu'à l'EURO 2000, la moyenne d'âge d'un onze aligné en finale de championnat d'Europe ou de Coupe du monde est de 27,6 ans. De quoi corroborer la théorie qui veut que le prime time de la génération dorée était fixé au rendez-vous russe de 2018. Là, le onze aligné par Roberto Martinez pour créer l'exploit face au Brésil était de 28,2 ans. Trois ans plus tard, quand l'été 2021 réchauffera les amateurs de football international, le onze type du sélectionneur catalan facturera 31 ans de moyenne d'âge. Même en troquant Dries Mertens et ses 34 ans pour la jeunesse de Youri Tielemans (24 ans), la carte d'identité du Diable moyen dépassera légèrement la trentaine. Une mauvaise nouvelle ? Jamais, depuis le passage au troisième millénaire, une sélection n'a disputé une finale internationale d'envergure avec une moyenne d'âge supérieure à trente ans. La France de Zinédine Zidane, finaliste malheureuse en 2006, fait figure de doyenne (29,6 ans) devant les surprenants Croates de Luka Modric (29,1 ans). Et du côté des vainqueurs, la tendance des dernières années va plutôt au rajeunissement.

Relèves manquées

Si la France de 2018 avait pu compter sur l'éclosion de Kylian Mbappé, alors que le Portugal avait en partie misé sur l'énergie de Renato Sanches pour s'installer sur le toit de l'Europe deux ans plus tôt, la Belgique n'est pas parvenue à installer sa relève. Thorgan Hazard est, avec Yannick Carrasco, le seul joueur de sa génération à être par- venu à se faire une place de titulaire en équipe nationale, tandis que Michy Batshuayi et Dennis Praet sont restés confinés à un rôle de remplaçant et que Maxime Lestienne n'a jamais vraiment fait partie de la sélection. Quant à la fameuse génération 1996, appelée à prendre la relève et incarnée par Charly Musonda Junior et Zakaria Bakkali, elle a accumulé les déceptions et n'a jamais répondu aux attentes nationales.

À tel point qu'aujourd'hui, les seuls joueurs déjà sélectionnés par Roberto Martinez et qui auront moins de 25 ans lors du coup d'envoi du rendez-vous européen de l'été prochain se nomment Tielemans, Jason Denayer, Elias Cobbaut et Yari Verschaeren. Un quatuor au sein duquel les certitudes de faire partie des 23 sont rares. En remplaçant les retraités Marouane Fellaini et Mousa Dembélé par Timothy Castagne et Denayer, par rapport à la sélection emmenée par Martinez au Mondial, la Belgique débarquerait à l'EURO avec une moyenne d'âge de 29,4 ans. À titre de comparaison, l'Argentine de Lionel Messi, équipe la plus âgée de la Coupe du monde russe, facturait 29,1 ans de moyenne.

Le sélectionneur n'est pas spécialement un homme de surprises. Spécialiste des sélections élargies à 28 joueurs lors des rassemblements en marge des campagnes qualificatives, il n'a pourtant offert l'opportunité de porter le maillot national qu'à 42 joueurs au cours de son règne, actuellement long de 43 matches. Une preuve supplémentaire que, pour se faire une place dans la liste de Roberto Martinez, la nouvelle génération devra incontestablement franchir un palier.

Par Guillaume Gautier et Martin Grimberghs

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré aux Diables rouges dans votre Sport/Foot Magazine

C'est dans les pages du journal madrilène Marca que le sélectionneur des Pays-Bas Ronald Koeman dégaine : "La Belgique a l'expérience du Mondial en Russie, et des joueurs à un niveau très élevé : Lukaku, Hazard, De Bruyne... Et aussi une bonne défense... Pour eux, c'est peut-être la dernière possibilité de gagner quelque chose, parce que vu l'âge de certains de leurs joueurs, ce sera peut-être leur dernier grand tournoi." Un coup d'oeil sur les chiffres pourrait même faire penser que l'ancien manager d'Everton est optimiste pour ses voisins du sud. En remontant jusqu'à l'EURO 2000, la moyenne d'âge d'un onze aligné en finale de championnat d'Europe ou de Coupe du monde est de 27,6 ans. De quoi corroborer la théorie qui veut que le prime time de la génération dorée était fixé au rendez-vous russe de 2018. Là, le onze aligné par Roberto Martinez pour créer l'exploit face au Brésil était de 28,2 ans. Trois ans plus tard, quand l'été 2021 réchauffera les amateurs de football international, le onze type du sélectionneur catalan facturera 31 ans de moyenne d'âge. Même en troquant Dries Mertens et ses 34 ans pour la jeunesse de Youri Tielemans (24 ans), la carte d'identité du Diable moyen dépassera légèrement la trentaine. Une mauvaise nouvelle ? Jamais, depuis le passage au troisième millénaire, une sélection n'a disputé une finale internationale d'envergure avec une moyenne d'âge supérieure à trente ans. La France de Zinédine Zidane, finaliste malheureuse en 2006, fait figure de doyenne (29,6 ans) devant les surprenants Croates de Luka Modric (29,1 ans). Et du côté des vainqueurs, la tendance des dernières années va plutôt au rajeunissement.Si la France de 2018 avait pu compter sur l'éclosion de Kylian Mbappé, alors que le Portugal avait en partie misé sur l'énergie de Renato Sanches pour s'installer sur le toit de l'Europe deux ans plus tôt, la Belgique n'est pas parvenue à installer sa relève. Thorgan Hazard est, avec Yannick Carrasco, le seul joueur de sa génération à être par- venu à se faire une place de titulaire en équipe nationale, tandis que Michy Batshuayi et Dennis Praet sont restés confinés à un rôle de remplaçant et que Maxime Lestienne n'a jamais vraiment fait partie de la sélection. Quant à la fameuse génération 1996, appelée à prendre la relève et incarnée par Charly Musonda Junior et Zakaria Bakkali, elle a accumulé les déceptions et n'a jamais répondu aux attentes nationales. À tel point qu'aujourd'hui, les seuls joueurs déjà sélectionnés par Roberto Martinez et qui auront moins de 25 ans lors du coup d'envoi du rendez-vous européen de l'été prochain se nomment Tielemans, Jason Denayer, Elias Cobbaut et Yari Verschaeren. Un quatuor au sein duquel les certitudes de faire partie des 23 sont rares. En remplaçant les retraités Marouane Fellaini et Mousa Dembélé par Timothy Castagne et Denayer, par rapport à la sélection emmenée par Martinez au Mondial, la Belgique débarquerait à l'EURO avec une moyenne d'âge de 29,4 ans. À titre de comparaison, l'Argentine de Lionel Messi, équipe la plus âgée de la Coupe du monde russe, facturait 29,1 ans de moyenne. Le sélectionneur n'est pas spécialement un homme de surprises. Spécialiste des sélections élargies à 28 joueurs lors des rassemblements en marge des campagnes qualificatives, il n'a pourtant offert l'opportunité de porter le maillot national qu'à 42 joueurs au cours de son règne, actuellement long de 43 matches. Une preuve supplémentaire que, pour se faire une place dans la liste de Roberto Martinez, la nouvelle génération devra incontestablement franchir un palier.Par Guillaume Gautier et Martin GrimberghsRetrouvez l'intégralité de l'article consacré aux Diables rouges dans votre Sport/Foot Magazine