"Je savais aussi à quel point l'arrivée était dure", a-t-il poursuivi. "Mais sans l'aide de mon équipe, je ne serais pas parvenu à gagner. A Cassel, c'est toujours très nerveux. Les deux derniers tours du circuit sont cruciaux, il faut toujours être attentif et c'était le cas aujourd'hui aussi. Nous sommes parvenus à nous détacher avec quatre coureurs à 1,5km de l'arrivée et il y avait avec moi trois coureurs qui jouaient le classement final. Je n'étais pas dangereux pour eux et j'en ai profité. J'ai accéléré à l'entrée du dernier kilomètre et je me suis rendu compte que personne n'était dans ma roue. J'ai alors compris que la victoire était pour moi." (Belga)

"Je savais aussi à quel point l'arrivée était dure", a-t-il poursuivi. "Mais sans l'aide de mon équipe, je ne serais pas parvenu à gagner. A Cassel, c'est toujours très nerveux. Les deux derniers tours du circuit sont cruciaux, il faut toujours être attentif et c'était le cas aujourd'hui aussi. Nous sommes parvenus à nous détacher avec quatre coureurs à 1,5km de l'arrivée et il y avait avec moi trois coureurs qui jouaient le classement final. Je n'étais pas dangereux pour eux et j'en ai profité. J'ai accéléré à l'entrée du dernier kilomètre et je me suis rendu compte que personne n'était dans ma roue. J'ai alors compris que la victoire était pour moi." (Belga)