"Je savais que j'aurais pu faire une bonne affaire au classement général et c'est ce qui s'est produit" a déclaré après l'étape Venturini. "Je suis désormais en tête et je dois ramener le maillot rose à l'arrivée. Mais attention la victoire finale n'est pas encore acquise", prévient le leader de Cofidis qui ne compte que deux secondes de marge sur Sander Armée et sept sur Oliver Naesen. "Il reste 160,9 kilomètres et beaucoup de choses peuvent encore arriver. Il y a d'ailleurs encore quelques secondes de bonification à prendre et mon avance sur Armée et Naesen n'est pas énorme. Rien n'est encore fait. Je pourrais crever, avoir des soucis mécaniques ou même souffrir. Je serai certain de ma victoire quand nous serons sur le Boulevard Sainte Barbe en dessous de la statue de Jean Bart. Il est donc trop tôt pour crier victoire. Dimanche soir, on en saura plus." (Belga)

"Je savais que j'aurais pu faire une bonne affaire au classement général et c'est ce qui s'est produit" a déclaré après l'étape Venturini. "Je suis désormais en tête et je dois ramener le maillot rose à l'arrivée. Mais attention la victoire finale n'est pas encore acquise", prévient le leader de Cofidis qui ne compte que deux secondes de marge sur Sander Armée et sept sur Oliver Naesen. "Il reste 160,9 kilomètres et beaucoup de choses peuvent encore arriver. Il y a d'ailleurs encore quelques secondes de bonification à prendre et mon avance sur Armée et Naesen n'est pas énorme. Rien n'est encore fait. Je pourrais crever, avoir des soucis mécaniques ou même souffrir. Je serai certain de ma victoire quand nous serons sur le Boulevard Sainte Barbe en dessous de la statue de Jean Bart. Il est donc trop tôt pour crier victoire. Dimanche soir, on en saura plus." (Belga)