Deux jours avant le match entre Genk et Bruges, John van den Brom nous a consacré un très long moment pour une interview. C'est étonnant parce que les entraîneurs d'aujourd'hui n'aiment plus trop cet exercice. Surtout les coaches des meilleurs clubs. Depuis son retour à Anderlecht, à l'une ou l'autre rare exception près, Vincent Kompany se limite aux conférences de presse. Franky Vercauteren, comme s'il estimait que ça lui permettait de préserver sa paix intérieure, n'en fait pas plus. Philippe Clement, autrefois si accessible, a lui aussi changé de comportement par rapport aux rencontres avec les médias. Et même Hein Vanhaezebrouck, qu'on a connu lui aussi très accessible et qui a le sens de la formule, se tient désormais en retrait. Comme si tous ces hommes n...

Deux jours avant le match entre Genk et Bruges, John van den Brom nous a consacré un très long moment pour une interview. C'est étonnant parce que les entraîneurs d'aujourd'hui n'aiment plus trop cet exercice. Surtout les coaches des meilleurs clubs. Depuis son retour à Anderlecht, à l'une ou l'autre rare exception près, Vincent Kompany se limite aux conférences de presse. Franky Vercauteren, comme s'il estimait que ça lui permettait de préserver sa paix intérieure, n'en fait pas plus. Philippe Clement, autrefois si accessible, a lui aussi changé de comportement par rapport aux rencontres avec les médias. Et même Hein Vanhaezebrouck, qu'on a connu lui aussi très accessible et qui a le sens de la formule, se tient désormais en retrait. Comme si tous ces hommes ne souhaitaient plus partager leurs idées, leur vision du foot. Pourtant, accorder des entretiens à la presse fait aussi partie de leur métier. Même si on leur en demande toujours de plus en plus, avec la transformation du paysage médiatique et tous ses effets annexes. Et donc, juste avant un match très important, le coach de Genk a accepté de parler de sa saison. Il était détendu et ses propos sont parfaitement clairs. À la fin de l'interview, il a signalé à notre journaliste que le championnat n'était certainement pas joué. Et que sa prédiction allait se confirmer lors du match contre Bruges. C'était convaincant. Van den Brom avait bien pris la température de son groupe. Il savait que ce noyau était toujours bien en vie. On attendra avant de dire si la victoire de Genk va être un tournant de ces play-offs. Si Bruges bat maintenant deux fois l'Antwerp et si Genk ne prend pas six points dans ses deux rendez-vous à venir face à Anderlecht, le Club sera champion dimanche. Mais le pauvre bilan brugeois depuis l'ouverture des play-offs, un point en deux matches, donne matière à réflexion. Contre Anderlecht, le Club a encore trouvé l'énergie pour renverser la vapeur in extremis. Mais sur le terrain de Genk, vendredi dernier, il n'y a même plus eu ce ressort. Après le premier but de Paul Onuachu, c'était terminé. Pourtant, Bruges semblait maîtriser les débats en début de deuxième mi-temps. On a beaucoup vanté le Club depuis le début de la saison. À raison parce qu'il y a là-bas une structure très professionnelle, tandis que le fossé financier avec le reste du plateau ne cesse de se creuser. C'est comme si on avait maintenant un championnat à deux vitesses. Malgré quelques accrocs de temps en temps, Bruges a semblé intouchable tout au long de la phase régulière. C'est l'équipe qui a marqué le plus et encaissé le moins, finissant la phase classique avec seize points d'avance sur le deuxième. Difficile de faire plus convaincant. Les Brugeois pèchent-ils maintenant par orgueil? Ce n'est pourtant pas le style de la maison. Mais le jeu peu inspiré des dernières semaines mérite qu'on s'y attarde. Ils peuvent s'estimer heureux d'avoir réussi à battre Mouscron in extremis lors de la dernière journée de la phase régulière. Sans ça, l'écart avec Genk serait aujourd'hui de quatre points seulement, au lieu de cinq. Philippe Clement va devoir user de son savoir-faire et de sa finesse pour redresser l'équipe dans les jours à venir. Jusqu'ici, sa carrière n'a encore jamais connu le moindre coup d'arrêt, avec deux titres nationaux en moins de quatre ans. Après la défaite à Genk, il était très fâché. Mais ça ne suffit pas de dire qu'il faudra une réaction contre l'Antwerp. Bruges manque actuellement de tranchant et plusieurs piliers sont loin de leur meilleur niveau. C'est surtout ça qui inquiète. On entend maintenant qu'il serait ubuesque que le Club, à cause de la formule du championnat et de la division des points, ne soit finalement pas champion. C'est exact. Mais c'est un autre débat.