C'était quelque part entre 2011 et 2012. Après dix ans, Frans Schotte prenait congé de ses fonctions de président du Cercle Bruges et revenait sur cette période dans une interview. "Je pense que je laisse un bel enfant derrière moi", disait-il. Il parlait des dettes effacées, des fondations solides sur lesquelles reposait l'équipe vert et noir, avec une attention particulière portée sur les espoirs. Il affirmait que chaque entité devait établir sa propre politique et s'y tenir. Il a vu la façon dont de plus en plus de personnes pénétraient dans le monde du foot, s'offraient une équipe et y investissaient de l'argent. Dans ce genre de cas, disait Schotte dans cet entretien, on ne parle pas de vision, ni de mission, de gestion sportive ou d'entreprise, ni même de management, mais de gens qui font ce qu'ils veulent, car ils veulent être les seuls maîtres à bord.

Frans Schotte avait donné une nouvelle identité au Cercle. Avant cela, il avait été durant longtemps le patron de Standaard Boekhandel, puis le président du Gezinsbond (l'équivalent néerlandophone de la Ligue des Familles). Un dernier boulot avec une mission sociale, ce qui constitue un vrai fil rouge tout au long de sa vie. Cet engagement l'a poursuivi au Cercle. Il y avait mis sur pied une collaboration avec De Sleutel (la clé, en VF), un centre itinérant luttant contre la toxicomanie, où ses joueurs avaient donné quelques conseils sportifs à des jeunes victimes de la drogue. Schotte voyait cela d'un bon oeil, car il savait que ses gars seraient ainsi confrontés à des gamins moins gâtés qu'eux. Le Cercle était également le seul club à être l'ambassadeur d'associations luttant contre la polio.

En Pro League, presque tout le monde ne pense qu'à son propre intérêt et le foot n'arrive qu'en deuxième position.

C'était une autre époque, quand le Cercle était encore le Cercle. Frans Schotte est revenu comme président en janvier 2014, et ce jusqu'au début de cette année, quand il a passé le flambeau à Vincent Goemare. Entre-temps, le Cercle a été repris par Monaco il y a quelques années. C'était sa seule chance d'éviter de retomber au niveau amateur. Que penserait Frans Schotte de ces années ? Comment juge-t-il le fait qu'aujourd'hui, le noyau du Cercle est composé de treize étrangers, même si ce n'est pas en record en Pro League ? Et comment se sent-il, en voyant que dans son équipe-type, il n'y a que deux, trois Belges présents ? Là encore, il le sait, c'était ça ou la culbute en amateur.

Il était toujours agréable et intéressant de parler avec Frans Schotte. Dans sa soi-disant interview d'adieu, il avait eu des paroles prophétiques : les discussions autour de la formule du championnat le contrariaient lors des réunions de la Pro League. Celles relatives aux droits télé, aussi. Presque tout le monde ne pense qu'à son propre intérêt et le foot n'arrive qu'en deuxième position, disait-il. Quand quelqu'un est engagé au Conseil d'administration de la Pro League, continuait-il, il doit placer le "produit football" en premier et mettre de côté ses intérêts personnels.

C'était ce que pensait Frans Schotte, entre 2011 et 2012...

C'était quelque part entre 2011 et 2012. Après dix ans, Frans Schotte prenait congé de ses fonctions de président du Cercle Bruges et revenait sur cette période dans une interview. "Je pense que je laisse un bel enfant derrière moi", disait-il. Il parlait des dettes effacées, des fondations solides sur lesquelles reposait l'équipe vert et noir, avec une attention particulière portée sur les espoirs. Il affirmait que chaque entité devait établir sa propre politique et s'y tenir. Il a vu la façon dont de plus en plus de personnes pénétraient dans le monde du foot, s'offraient une équipe et y investissaient de l'argent. Dans ce genre de cas, disait Schotte dans cet entretien, on ne parle pas de vision, ni de mission, de gestion sportive ou d'entreprise, ni même de management, mais de gens qui font ce qu'ils veulent, car ils veulent être les seuls maîtres à bord.Frans Schotte avait donné une nouvelle identité au Cercle. Avant cela, il avait été durant longtemps le patron de Standaard Boekhandel, puis le président du Gezinsbond (l'équivalent néerlandophone de la Ligue des Familles). Un dernier boulot avec une mission sociale, ce qui constitue un vrai fil rouge tout au long de sa vie. Cet engagement l'a poursuivi au Cercle. Il y avait mis sur pied une collaboration avec De Sleutel (la clé, en VF), un centre itinérant luttant contre la toxicomanie, où ses joueurs avaient donné quelques conseils sportifs à des jeunes victimes de la drogue. Schotte voyait cela d'un bon oeil, car il savait que ses gars seraient ainsi confrontés à des gamins moins gâtés qu'eux. Le Cercle était également le seul club à être l'ambassadeur d'associations luttant contre la polio.C'était une autre époque, quand le Cercle était encore le Cercle. Frans Schotte est revenu comme président en janvier 2014, et ce jusqu'au début de cette année, quand il a passé le flambeau à Vincent Goemare. Entre-temps, le Cercle a été repris par Monaco il y a quelques années. C'était sa seule chance d'éviter de retomber au niveau amateur. Que penserait Frans Schotte de ces années ? Comment juge-t-il le fait qu'aujourd'hui, le noyau du Cercle est composé de treize étrangers, même si ce n'est pas en record en Pro League ? Et comment se sent-il, en voyant que dans son équipe-type, il n'y a que deux, trois Belges présents ? Là encore, il le sait, c'était ça ou la culbute en amateur. Il était toujours agréable et intéressant de parler avec Frans Schotte. Dans sa soi-disant interview d'adieu, il avait eu des paroles prophétiques : les discussions autour de la formule du championnat le contrariaient lors des réunions de la Pro League. Celles relatives aux droits télé, aussi. Presque tout le monde ne pense qu'à son propre intérêt et le foot n'arrive qu'en deuxième position, disait-il. Quand quelqu'un est engagé au Conseil d'administration de la Pro League, continuait-il, il doit placer le "produit football" en premier et mettre de côté ses intérêts personnels. C'était ce que pensait Frans Schotte, entre 2011 et 2012...