Il n'est pas encore possible de commencer les tests obligatoires du coronavirus avec tous les joueurs des 24 clubs professionnels, car le protocole doit encore être approuvé par le conseil d'administration vendredi.

Selon la procédure de test, tous les joueurs et le staff technique avec lequel ils sont en contact quotidien seront contrôlés 48 heures avant un match. Cela concerne en moyenne une cinquantaine de personnes par club, pour un coût total d'environ 650.000 euros. Mais comme le protocole, qui prévoit également deux bus de joueurs et des directives pour célébrer et se changer avant l'entraînement, n'a pas encore été approuvé, les premiers tests n'auront pas lieu vendredi. La Pro League décidera probablement vendredi de la date de ces premières tests de dépistage.

L'ordre du jour sera également dominé par les procédures judiciaires engagées à la suite des décisions du 15 mai. Waasland-Beveren et Virton, entre autres, ont déposé des plaintes auprès de la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) et de l'Autorité de la concurrence, ce qui a accru l'incertitude quant à la décision d'arrêter prématurément la compétition. La démarche du CEO Pierre François, qui, malgré l'absence de mandat, a suggéré que la 30e journée de la saison 2019-2020 soit encore disputée, fera sans doute l'objet d'un débat passionné. De plus en plus de membres du conseil d'administration disent qu'il pourrait être possible de trouver un soutien pour une D1A à 18 équipes pour démêler l'écheveau. D'ailleurs, le conseil d'administration examinera vendredi comment ils peuvent s'attaquer structurellement aux problèmes des relégués économiques, tels que Roulers, Virton et Lokeren.

Il y a aussi un peu de fièvre électorale vendredi, car le conseil d'administration devra examiner une proposition de l'administrateur de Charleroi, Mehdi Bayat. Il a proposé d'ajouter un représentant supplémentaire du K11 au conseil d'administration afin de parvenir à une répartition plus équilibrée du pouvoir. En outre, la clé de répartition statutaire du nombre de représentants expire le 30 juin. Une solution doit également être trouvée à ce problème. En marge de cette discussion, la proposition du président du Cercle Goemaere sera probablement aussi discutée. Il a suggéré d'ajouter trois membres indépendants au conseil d'administration et de supprimer le droit de vote multiple.

En outre, le conseil d'administration prépare l'assemblée générale du 2 juillet, au cours de laquelle, entre autres, huit nouveaux membres du CA doivent être élus.

Il n'est pas encore possible de commencer les tests obligatoires du coronavirus avec tous les joueurs des 24 clubs professionnels, car le protocole doit encore être approuvé par le conseil d'administration vendredi. Selon la procédure de test, tous les joueurs et le staff technique avec lequel ils sont en contact quotidien seront contrôlés 48 heures avant un match. Cela concerne en moyenne une cinquantaine de personnes par club, pour un coût total d'environ 650.000 euros. Mais comme le protocole, qui prévoit également deux bus de joueurs et des directives pour célébrer et se changer avant l'entraînement, n'a pas encore été approuvé, les premiers tests n'auront pas lieu vendredi. La Pro League décidera probablement vendredi de la date de ces premières tests de dépistage.L'ordre du jour sera également dominé par les procédures judiciaires engagées à la suite des décisions du 15 mai. Waasland-Beveren et Virton, entre autres, ont déposé des plaintes auprès de la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) et de l'Autorité de la concurrence, ce qui a accru l'incertitude quant à la décision d'arrêter prématurément la compétition. La démarche du CEO Pierre François, qui, malgré l'absence de mandat, a suggéré que la 30e journée de la saison 2019-2020 soit encore disputée, fera sans doute l'objet d'un débat passionné. De plus en plus de membres du conseil d'administration disent qu'il pourrait être possible de trouver un soutien pour une D1A à 18 équipes pour démêler l'écheveau. D'ailleurs, le conseil d'administration examinera vendredi comment ils peuvent s'attaquer structurellement aux problèmes des relégués économiques, tels que Roulers, Virton et Lokeren. Il y a aussi un peu de fièvre électorale vendredi, car le conseil d'administration devra examiner une proposition de l'administrateur de Charleroi, Mehdi Bayat. Il a proposé d'ajouter un représentant supplémentaire du K11 au conseil d'administration afin de parvenir à une répartition plus équilibrée du pouvoir. En outre, la clé de répartition statutaire du nombre de représentants expire le 30 juin. Une solution doit également être trouvée à ce problème. En marge de cette discussion, la proposition du président du Cercle Goemaere sera probablement aussi discutée. Il a suggéré d'ajouter trois membres indépendants au conseil d'administration et de supprimer le droit de vote multiple. En outre, le conseil d'administration prépare l'assemblée générale du 2 juillet, au cours de laquelle, entre autres, huit nouveaux membres du CA doivent être élus.