La semaine dernière, Virton-Beerschot (1-0), match comptant pour la 23 ème journée de D1B, a été invalidé par la commission des litiges en appel de l'URBSFA. Celle-ci a statué que la décision de l'arbitre Denil d'accorder le but gagnant aux Luxembourgeois violait les règles du jeu. Virton et Westerlo ont annoncé une procédure devant la CBAS, même si le règlement fédéral ne prévoit pas de telles procédures dans cette situation spécifique. Néanmoins, l'arbitrage est toujours possible, selon les règlements de la CBAS, si toutes les parties concernées sont disposées à le faire. Et c'est là que se situe le problème, car le Beerschot et l'URBSFA ont refusé de signer officiellement la convention d'arbitrage. La CBAS a ensuite classé sans suite l'appel de Virton et de Westerlo comme partie intéressée. Mais Virton et Westerlo ont changé leur fusil d'épaule. En effet, les Luxembourgeois ont introduit un recours en évocation contre la décision de la commission des litiges en appel et Westerlo a donné son accord. Cette procédure de cassation n'a pas d'effet suspensif, ce qui signifie que le replay du 2 mars et la poursuite du championnat ne seront pas compromis. La commission d'évocation de l'URBSFA examine si les règles ont été correctement suivies, mais ne traite plus le fond de l'affaire. Si un manquement à la procédure est établi, l'affaire peut être renvoyée devant la commission des litiges d'appel dans une composition différente. (Belga)

La semaine dernière, Virton-Beerschot (1-0), match comptant pour la 23 ème journée de D1B, a été invalidé par la commission des litiges en appel de l'URBSFA. Celle-ci a statué que la décision de l'arbitre Denil d'accorder le but gagnant aux Luxembourgeois violait les règles du jeu. Virton et Westerlo ont annoncé une procédure devant la CBAS, même si le règlement fédéral ne prévoit pas de telles procédures dans cette situation spécifique. Néanmoins, l'arbitrage est toujours possible, selon les règlements de la CBAS, si toutes les parties concernées sont disposées à le faire. Et c'est là que se situe le problème, car le Beerschot et l'URBSFA ont refusé de signer officiellement la convention d'arbitrage. La CBAS a ensuite classé sans suite l'appel de Virton et de Westerlo comme partie intéressée. Mais Virton et Westerlo ont changé leur fusil d'épaule. En effet, les Luxembourgeois ont introduit un recours en évocation contre la décision de la commission des litiges en appel et Westerlo a donné son accord. Cette procédure de cassation n'a pas d'effet suspensif, ce qui signifie que le replay du 2 mars et la poursuite du championnat ne seront pas compromis. La commission d'évocation de l'URBSFA examine si les règles ont été correctement suivies, mais ne traite plus le fond de l'affaire. Si un manquement à la procédure est établi, l'affaire peut être renvoyée devant la commission des litiges d'appel dans une composition différente. (Belga)