"Certains joueurs sous contrat avec le RE Virton ont pris la liberté de rompre unilatéralement la relation contractuelle qui les lie au club", a indiqué Virton. "De ce fait, ils deviennent redevables d'une indemnité de rupture prévue par la loi de 1978 sur le contrat de travail pour sportifs rémunérés (en principe, total des salaires restant dus) ainsi que d'une indemnité spécifique pour le dommage complémentaire causé au club." Le club explique avoir "entamé les démarches légales visant à ce que ces joueurs soient condamnés au paiement de ces indemnités." La Commission des Licences de l'Union belge de football (RBFA) puis la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) ont refusé d'accorder une licence pour le football professionnel à Virton, condamné dès lors à repartir de la 2e division amateurs. Après s'être tourné vers l'Autorité belge de la concurrence, le club a ressaisi la CBAS afin que le précieux sésame lui soit octroyé. En attendant, les joueurs du club sont plongés dans l'incertitude. En début de semaine, ils ont demandé de l'aide à l'Union belge et à la Pro League pour résilier leur contrat avec le club. La direction du club se dit "profondément navrée par cette situation d'attente, dont elle est bien consciente qu'elle est tout sauf agréable notamment pour les joueurs actuellement sous contrat avec le club." Mais elle estime qu'elle n'est "pas responsable d'une telle situation". "Il ne s'agit pas pour le RE Virton de retenir qui que ce soit contre son gré, le club étant ouvert à toute négociation de transfert vers un autre club, pour peu que cela se fasse dans le respect des réalités économiques, des règlements et de la loi. A défaut d'un tel respect, le RE Virton fera valoir ses droits en justice", conclut le communiqué. (Belga)

"Certains joueurs sous contrat avec le RE Virton ont pris la liberté de rompre unilatéralement la relation contractuelle qui les lie au club", a indiqué Virton. "De ce fait, ils deviennent redevables d'une indemnité de rupture prévue par la loi de 1978 sur le contrat de travail pour sportifs rémunérés (en principe, total des salaires restant dus) ainsi que d'une indemnité spécifique pour le dommage complémentaire causé au club." Le club explique avoir "entamé les démarches légales visant à ce que ces joueurs soient condamnés au paiement de ces indemnités." La Commission des Licences de l'Union belge de football (RBFA) puis la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS) ont refusé d'accorder une licence pour le football professionnel à Virton, condamné dès lors à repartir de la 2e division amateurs. Après s'être tourné vers l'Autorité belge de la concurrence, le club a ressaisi la CBAS afin que le précieux sésame lui soit octroyé. En attendant, les joueurs du club sont plongés dans l'incertitude. En début de semaine, ils ont demandé de l'aide à l'Union belge et à la Pro League pour résilier leur contrat avec le club. La direction du club se dit "profondément navrée par cette situation d'attente, dont elle est bien consciente qu'elle est tout sauf agréable notamment pour les joueurs actuellement sous contrat avec le club." Mais elle estime qu'elle n'est "pas responsable d'une telle situation". "Il ne s'agit pas pour le RE Virton de retenir qui que ce soit contre son gré, le club étant ouvert à toute négociation de transfert vers un autre club, pour peu que cela se fasse dans le respect des réalités économiques, des règlements et de la loi. A défaut d'un tel respect, le RE Virton fera valoir ses droits en justice", conclut le communiqué. (Belga)