"Nous avons eu l'occasion de nous confronter ouvertement à propos de notre compétition", a confié Van der Schueren à l'Agence BELGA. "Comment va se dérouler notre compétition compte tenu des circonstances? Comment doit-on appliquer le règlement dans le contexte actuel? Quelles sont les conséquences possibles pour la prochaine saison? Nous avons essentiellement parler de la situation de notre compétition afin que je puisse défendre le point de vue des clubs de D1B lundi lors du conseil d'administration. Je le répète, nous voulons plus de clarté." "Nous avons poursuivi la discussion en abordant les enquêtes qui concernent les matches arrangés et l'affaire de la licence de Mouscron. Les différents clubs ont expliqué quelles actions ils avaient entreprises et comment ils faisaient face à cette situation. Ce fut très instructif", a estimé Verschueren. Rien n'a en revanche été décidé en ce qui concerne une action judiciaire commune. "Il appartient à chaque club de décider lui-même quelle suite il veut donner à cette situation", a réagi Eric Roef, président du Beerschot-Wilrijk. Son club s'est constitué partie civile dans le dossier de la suspicion de fraude dans le football belge. "Après cette réunion, je pense que d'autres clubs vont le faire". "Nous avons aussi beaucoup réfléchi à la problématique autour des agents de joueurs", a ajouté Van der Schueren. "Un groupe d'experts indépendants y travaille et nous lui ferons nos recommandations. Le dossier de Mouscron montre à quel point les agents de joueurs sont devenus puissants ces dernières années. L'objectif est de limiter ce genre de pratiques." Sept des huit clubs de Proximus League était présents lors de cette réunion de crise. Seul le FC Malines manquait à l'appel. "J'ai préalablement pris contact avec l'avocat de Malines pour lui communiquer qu'un certain nombre d'affaires qui concernaient le club étaient à l'ordre du jour", a expliqué Van der Schueren qui présidait le débat. "J'ai ainsi pu éviter la confrontation avec les autres clubs au sujet de points qui allaient à l'encontre du FC Malines afin d'assurer la sérénité des débats." (Belga)

"Nous avons eu l'occasion de nous confronter ouvertement à propos de notre compétition", a confié Van der Schueren à l'Agence BELGA. "Comment va se dérouler notre compétition compte tenu des circonstances? Comment doit-on appliquer le règlement dans le contexte actuel? Quelles sont les conséquences possibles pour la prochaine saison? Nous avons essentiellement parler de la situation de notre compétition afin que je puisse défendre le point de vue des clubs de D1B lundi lors du conseil d'administration. Je le répète, nous voulons plus de clarté." "Nous avons poursuivi la discussion en abordant les enquêtes qui concernent les matches arrangés et l'affaire de la licence de Mouscron. Les différents clubs ont expliqué quelles actions ils avaient entreprises et comment ils faisaient face à cette situation. Ce fut très instructif", a estimé Verschueren. Rien n'a en revanche été décidé en ce qui concerne une action judiciaire commune. "Il appartient à chaque club de décider lui-même quelle suite il veut donner à cette situation", a réagi Eric Roef, président du Beerschot-Wilrijk. Son club s'est constitué partie civile dans le dossier de la suspicion de fraude dans le football belge. "Après cette réunion, je pense que d'autres clubs vont le faire". "Nous avons aussi beaucoup réfléchi à la problématique autour des agents de joueurs", a ajouté Van der Schueren. "Un groupe d'experts indépendants y travaille et nous lui ferons nos recommandations. Le dossier de Mouscron montre à quel point les agents de joueurs sont devenus puissants ces dernières années. L'objectif est de limiter ce genre de pratiques." Sept des huit clubs de Proximus League était présents lors de cette réunion de crise. Seul le FC Malines manquait à l'appel. "J'ai préalablement pris contact avec l'avocat de Malines pour lui communiquer qu'un certain nombre d'affaires qui concernaient le club étaient à l'ordre du jour", a expliqué Van der Schueren qui présidait le débat. "J'ai ainsi pu éviter la confrontation avec les autres clubs au sujet de points qui allaient à l'encontre du FC Malines afin d'assurer la sérénité des débats." (Belga)